Labellisation de 8 premiers Départements Hospitalo-Universitaires (DHU) en Ile-de-France

En réponse à l’appel à projets lancé le 5 juillet dernier par l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, les universités et les organismes de recherche, 37 projets de DHU ont été déposés en vue de labelliser des départements hospitalo-universitaires. Le jury international en a retenu 8. Dans un contexte international de plus en plus concurrentiel, ces nouveaux partenariats apportent aux pôles hospitalo-universitaires un cadre fédérateur, au service d'une ambition de recherche, de formation et de soins.

En réponse à l’appel à projets lancé le 5 juillet dernier par l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris, les universités Paris Descartes, Pierre et Marie Curie, Paris Diderot, Paris-Sud, Paris-Est Créteil Val-de-Marne, Paris 13-Nord, Versailles – Saint-Quentin-en-Yvelines et l’Inserm et les organismes de recherche, 37 projets de DHU ont été déposés en vue de labelliser des départements hospitalo-universitaires. Le jury international en a retenu 8. Dans un contexte international de plus en plus concurrentiel, ces nouveaux partenariats apportent aux pôles hospitalo-universitaires un cadre fédérateur, au service d’une ambition de recherche, de formation et de soins.

Les DHU associent, sur un objectif partagé, un ou plusieurs pôles cliniques, ou une partie (service, laboratoire, unité fonctionnelle…) d’un pôle clinique (pôle hospitalo-universitaire) d’un hôpital, et une ou plusieurs unités mixtes de recherche (UMR) d’une université et d’un organisme (ou plusieurs organismes) de recherche membre d’Aviesan, l’Alliance nationale pour les sciences de la vie et de la santé. Ces DHU réunissent un ensemble significatif de chercheurs, d’enseignants-chercheurs et de personnels hospitaliers. Ils doivent faire preuve d’un niveau d’excellence qui les positionne comme références internationales dans les thématiques qu’ils recouvrent.

Au sein du périmètre hospitalo-universitaire d’Ile-de-France, le label DHU est attribué conjointement par les universités et les organismes de recherche concernés, et l’AP-HP, pour une durée de cinq ans renouvelable.

Le comité de pilotage de l’évaluation présidé par le Pr. Jean-François DHAINAUT, ancien président de l’Agence d’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur, a défini les modalités de la procédure d’évaluation des projets de DHU, en identifiant 36 experts (dont 50 % d’étrangers) et en désignant un  jury international composé de 9 membres :

Présidente : Pr. Kathryn WOOD, immunologie, Oxford, Royaume-Uni,
Vice-président : Pr. Hervé AVET-LOISEAU, hématologie, Nantes, France,
Dr Erwan BEZARD, neurosciences, Bordeaux, France,
Dr Mathias CHAMAILLARD, infectiologie – immunologie, Lille, France,
Pr. Liana EULLER-ZIEGLER, rhumatologie – inflammation, Nice, France,
Pr. Christiano FERLINI, oncologie, Milan, Italie (et Etats-Unis),
Pr. Melanie KOENIGSHOFF, biologie cellulaire – pneumologie, Munich, Allemagne,
Pr. Patrick LEVY, physiologie, Grenoble, France,
Pr. Mike MARBER, cardiologie, Londres, Royaume-Uni.

Le jury a souhaité effectuer une première sélection de 21 projets, dont les responsables ont été auditionnés au cours de la réunion du jury international qui a siégé les 10, 11 et 12 janvier 2012.

Ce jury a proposé la labellisation de 8 projets sur le fondement des expertises (2 à 3 par dossier) et des auditions. La présidente du jury, Madame le Pr. Kathryn WOOD, interrogée à l’issue de la sélection, a souligné que « les membres [avaient] été très impressionnés par la grande qualité des 21 projets auditionnés ». Le jury international a recommandé « les 8 projets les plus innovants et les plus aboutis dans les trois composantes – soins, enseignement et recherche – présentant un caractère réellement transformant, une grande cohérence, une gouvernance claire et un niveau exceptionnel », a-t-elle ajouté.

Le comité de labellisation, rassemblant l’ensemble des représentants légaux des partenaires concernés par cet appel à projets (présidents d’université, doyens, PDG de l’Inserm – président d’AVIESAN – et DG de l’AP-HP) s’est réuni le lundi 16 janvier 2012. Au vu du classement et du rapport transmis par le jury, il a décidé de labelliser les 8 projets proposés par le jury :

– Serge AMSELEM / David KLATZMAN, Inflammation-Immunopathology-Biotherapies from rare to common diseases, « I2B » – Inflammation, immunopathologie et biotherapies : des maladies rares aux maladies communes – Université Pierre et Marie Curie
– Bahram BODAGHI, Vision & Handicaps : vigilance, prevention & therapeutic innovations – Vision et Handicaps : vigilances, prévention et innovations thérapeutiques – Universités Pierre et Marie Curie + Paris Diderot +  Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines
– Hugues CHABRIAT, « NeuroVasc » – Université Paris Diderot
– Bruno CRESTANI / Gabriel STEG, Fibrosis, Inflammation & Remodeling in Renal and Respiratory Diseases, « FIRE » – Mécanismes inflammatoires dans les maladies rénales et respiratoires  – Université Paris Diderot
– François GOFFINET, Risks in Pregnancy – Risques et Grossesse – Universités Paris Descartes + Paris Diderot + Paris 13-Nord (Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur « Sorbonne Paris Cité »)
– Pierre GRESSENS, Promoting Research Oriented Towards Early CNS Therapies (the developping brain and childhood handicap), « PROTECT », Risques, grossesse et handicap neuro-développemental de l’enfant : prise en charge, prévention et thérapies  – Université Paris Diderot
– Marc HUMBERT, Thorax Innovation, « TORINO » – Université Paris-Sud
– Jean-Michel PAWLOTSKY, Virus, Immunity, Cancer, « VIC » – Virus, Immunité, Cancer – Paris Est Créteil Val-de Marne, Université Pierre et Marie Curie

Un second appel à projets DHU sera lancé selon les mêmes modalités avant la fin du premier semestre de l’année 2012.

Dynamiser la recherche-innovation : Après les IHU, les DHU

Pour expliciter l’enjeu et les objectifs des DHU, Réseau CHU reproduit un extrait de l’appel à projet de l’AP-HP dont le texte intégral se trouve à l’URL http://www.medicen.org/sites/default/files/uploads/dhu_aap_projet_20110704.pdf

La loi n° 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires encourage la coopération entre l’hôpital et l’université. Elle stipule notamment que tous les pôles d’un CHU deviennent des pôles hospitalo-universitaires (PHU).

Le programme « investissements d’avenir » financé par le « grand emprunt national » a permis de créer six Instituts Hospitalo-Universitaires (IHU) dans le prolongement du rapport de la commission présidée par le professeur Marescaux. Cette commission a également préconisé la mise en place d’un nouveau type de structures hospitalo-universitaires : les Départements Hospitalo-Universitaires (DHU).

Le volet « recherche et innovation » du plan stratégique 2010 – 2014 de l’AP-HP a proposé la création de départements hospitalo-universitaires (DHU). Le DHU constitue un nouveau cadre permettant de rénover les relations entre l’hôpital, les universités et les organismes de recherche, dans le respect des identités et des prérogatives de chacune de ces institutions, et selon un modèle très souple.

La création de DHU doit permettre de rénover les relations hospitalo-universitaires afin de dynamiser la recherche et d’améliorer la qualité des soins, par une diffusion plus rapide des innovations. L’objectif des DHU est d’être le support de projets communs entre l’hôpital, les universités et les organismes de recherche et de renforcer leurs collaborations. A ce titre, ces nouvelles organisations auront vocation à soutenir l’intégration des soins, de l’enseignement et de la recherche, et disposeront d’une gouvernance spécifique. Leur constitution reposera sur la conclusion d’une convention de partenariat entre l’AP-HP, les universités et les organismes de recherche concernés.

L’enjeu des DHU

o renforcer l’attractivité hospitalo-universitaire des thématiques portées par le CHU et les universités d’Ile-de-France, tant vis-à-vis des cliniciens que des chercheurs ;
o favoriser le continuum recherche fondamentale – recherche clinique – soins, et accélérer le passage de la recherche à la clinique, et à ce titre, renforcer la recherche de transfert, réaliser de grands essais cliniques multicentriques, participer aux grands réseaux internationaux de recherche, structurer de nouvelles cohortes et collections biologiques, créer de nouvelles unités de recherche, développer quantitativement et qualitativement les publications ;
o promouvoir l’excellence des soins par l’accès précoce à l’innovation thérapeutique ;
o renforcer la continuité culturelle entre les activités de recherche, de clinique et de soins ;
o contribuer à un regroupement géographique efficient des multiples structures ;
o dans le domaine de l’enseignement et de la formation : mettre en place des actions de formation spécifiques à et par la recherche, et impliquer les plus jeunes (étudiants en médecine, internes…).

Diversifier, cibler et optimiser les financements
Les DHU bénéficieront d’un soutien spécifique, résultant d’un engagement concerté et convergent de moyens de l’ensemble des partenaires.  Au décours de la procédure de sélection, une convention sera établie entre chaque DHU sélectionné et les partenaires attribuant le label (AP-HP, universités, organismes de recherche).
Le DHU représente une ligne de force sur laquelle convergent les ambitions de tous les partenaires. Ces partenaires doivent s’entendre sur une utilisation concertée de moyens (redéployés) ainsi qu’éligibles, par exemple, aux financements des IDEX (« initiatives d’excellence » du programme « investissements d’avenir »). Pour la partie hospitalière, ces moyens sont ceux des PHU concernés. Ces financements ne seront pas seulement publics mais aussi privés (actions des fondations, des pôles de compétitivité…). Les DHU disposeront de moyens résultant des engagements de chacune des trois parties
(convention de partenariat), et notamment :
• pour l’université : emplois universitaires ou contrats spécifiques ;
• pour les organismes de recherche : postes ou contrats spécifiques ;
• pour l’AP-HP : appels à projets orientés vers la réalisation des objectifs stratégiques des DHU, gérés par le département de la recherche clinique et du développement (DRCD), emplois hospitaliers.permettra par ailleurs de solliciter de nouvelles sources de financement, d’origine publique ou privée (Union européenne, associations, fondations, pôles de compétitivité…).

Pour en savoir plus sur les IHU  

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.