L’Accident Vasculaire Cérébral, une priorité de santé publique

En France l'incidence des AVC est de 145 pour 100 000 habitants : 80% sont des infarctus cérébraux, 15 % des hémorragies cérébrales, et 5% des Hémorragies méningées. Seuls 5% des AVC sont pris en charge dans une unité de soins spécialisés, alors que, dans les pays scandinaves, ces services traitent 70% des AVC.

En France l’incidence des AVC est de 145 pour 100 000 habitants : 80% sont des infarctus cérébraux, 15 % des hémorragies cérébrales, et 5% des Hémorragies méningées. Seuls 5% des AVC sont pris en charge dans une unité de soins spécialisés, alors que, dans les pays scandinaves, ces services traitent 70% des AVC.

Dans le département des Alpes-Maritimes la sur représentation de la tranche d’âge des plus de 60 ans engendre un recours à l’hospitalisation pour les AVC deux fois supérieur à la moyenne nationale.

Une démarche d’audit originale dans un but d’optimisation de la prise en charge de l’AVC au CHU de Nice.
Un audit sur la trajectoire des patients a été réalisé afin d’optimiser leur prise en charge au CHU de Nice.
Dans une logique processus, cette étude du circuit des patients présentant un AVC a suscité chez les professionnels une réflexion à la fois sur les pratiques, l’organisation et les coûts générés par la prise en charge.

L’audit a mis en évidence plusieurs dysfonctionnements, dont :
– un éclatement des filières de prise en charge,
– une durée excessive des délais de réalisation des investigations et explorations,
– une évaluation des déficiences fonctionnelles et une coordination des soins précoces non assurées systématiquement,
– une filière d’aval non optimale,
– une disparité des pratiques.

Les recommandations portent sur trois axes :
– Mettre en place une véritable filière d’admission en urgence des patients
– Fournir une expertise neurologique et pluridisciplinaire coordonnées
– Renforcer et organiser une filière en réadaptation fonctionnelle et soins de suite, partie intégrante d’un réseau.
Inclues dans le projet médical, certaines de ces propositions ont d’ores et déjà été mises en oeuvre. Une unité dédiée, située à l’hôpital Pasteur, comprend 6 lits de soins aigus et 13 lits conventionnels. Cette structure préfigure l’Unité NeuroVasculaire (UNV) prévue, à proximité des urgences, sur le site de l’hôpital St Roch fin 2004.

A Nice un partage d’expérience autour de la prise en charge de l’AVC a réuni des professionnels de santé (médecins, soignants), des directeurs d’hôpitaux et de représentants de l’ANAES le 28 mars dernier.

Prendre acte des avancées en la matière, comparer les solutions mises en place dans divers centres et divers pays, analyser les multiples situations possibles, les difficultés, suggérer leur contournement et les actions à entreprendre, tels étaient les objectifs de ce colloque.

Lors de ces journées, les participations de l’EUSI (European Stroke Initiative), de la Société Française Neuro Vasculaire, de l’ANAES, d’équipes françaises et européennes ont permis une mise en perspective factuelle, résolument déterminée à planifier le futur immédiat.

La parution imminente de recommandations pour la pratiques clinique émises par l’ANAES, « Prise en charge pluridisciplinaire initiale des patients adultes atteints d’accident vasculaire cérébral » : Aspects médicaux et paramédicaux, témoigne de la pertinence de cette thématique et du champ d’investigation qu’elle ouvre sur l’évaluation des Unités Neuro Vasculaires.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.