L’accord cadre entre Dijon et Besançon crée un vaste pôle hospitalier

L'accord-cadre signé jeudi 14 mai 2009 entre les CHU de Dijon et Besançon, marque d'une pierre blanche l'avenir de ces deux établissements bientôt réunis en un vaste pôle hospitalier Sud du Grand-Est. Ce contrat va favoriser l'émergence et le développement de projets communs portant sur les activités de soins, les partenariats avec les Universités, le développement de la recherche et de l'innovation ou encore le partage d'expérience sur les procédures administratives et les fonctions support. Distants de 100 km parcourus en 40 minutes dès 2011 avec la future LGV, les établissements intègrent dans leur organisation les effets bénéfiques de ce rapprochement territorial.

L’accord-cadre signé jeudi 14 mai 2009 entre les CHU de Dijon et Besançon, marque d’une pierre blanche l’avenir de ces deux établissements bientôt réunis en un vaste pôle hospitalier Sud du Grand-Est. Ce contrat va favoriser l’émergence et le développement de projets communs portant sur les activités de soins, les partenariats avec les Universités, le développement de la recherche et de l’innovation ou encore le partage d’expérience sur les procédures administratives et les fonctions support. Distants de 100 km parcourus en 40 minutes dès 2011 avec la future LGV, les établissements intègrent dans leur organisation les effets bénéfiques de ce rapprochement territorial.

La mutualisation des moyens et des compétences, la complémentarité des activités et des plateaux techniques, l’information réciproque, la concertation sur les projets nouveaux, la définition de politiques communes… sont autant d’engagements réciproques pris par les CHU de Besançon et de Dijon. L’accord-cadre garantit également à la population l’accès au meilleur service possible, la permanence des soins ainsi qu’une recherche et une offre de formation de haut niveau.

Cette coopération est d’autant plus justifiée que l’Etat souhaite concentrer ses moyens sur des CHU pouvant témoigner d’une taille suffisante pour garantir leur efficience en matière d’Enseignement et de Recherche. Ensemble, les CHU de Dijon et Besançon pourront prétendre à cette reconnaissance.

Le partenariat sera piloté par un bureau inter CHU réunissant les deux Directeurs Généraux, les deux Présidents de la Commission Médicale d’Etablissement, et les trois Doyens des UFR de sciences médicales et pharmaceutiques.

L’histoire de la coopération Dijon-Besançon remonte à 2005, année de la création d’une Délégation interrégionale à la recherche clinique. Elle s’est poursuivie avec le rapprochement des deux universités et en juin 2008, par la création de l’inter-région EST réunissant 6 CHU et CHR (Reims, Dijon, Nancy, Besançon, Metz-Thionville et Strasbourg) au sein du Groupement de Coopération Sanitaire Grand Est. En dopant l’efficience des deux CHU, le rapprochement Dijon-Besançon bénéficiera aussi à l’ensemble du Groupement.

La complémentarité plutôt que la redondance
Avec l’accord-cadre, les deux CHU jouent la carte de la mutualisation des plateaux techniques ou des plateformes. Parce qu’il est inutile et coûteux de vouloir tout faire sur un seul site, les CHU vont privilégier l’échange de prestations comme par exemple les examens de laboratoire très spécialisés. L’adressage de certains patients se fera en fonction des pôles de compétences de façon à garantir l’excellence des prises en charge. Ces pôles seront déterminés d’un commun accord par les deux établissements
En cas de besoin, l’entente inter CHU facilitera la continuité des fonctions supports, les échanges des médecins et des internes en médecine et en pharmacie. Enfin des projets de recherche en commun seront développés ce qui aura pour effet bénéfique de booster le nombre de publications en commun.

Les deux CHU dans l’inter-région
Les deux CHU desservent une population totale de 2 790 000 habitants, répartie sur 8 départements et comparable à celle des grandes régions françaises.
Ils font partie de l’inter-région Est regroupant les régions de Bourgogne, Franche-Comté, Alsace, Lorraine et Champagne-Ardenne. Ils regroupent à eux deux 2 980 lits : 1 689 pour Dijon ; 1 291 pour Besançon.

Ils ont rejoint, outre le Groupement de Coopération Sanitaire Grand-Est, le réseau métropolitain Rhin-Rhône qui donne une lisibilité européenne à un chapelet d’agglomérations situées entre les 2 fleuves : Bâle, Mulhouse, Belfort, Montbéliard, Neufchâtel, Besançon, Dijon, Monceau les Mines, Le Creusot et Chalon-sur-Saône.
L’offre de soins : quelques chiffres clés
Les deux CHU témoignent d’une activité de soin importante et en constante progression depuis plusieurs années :

Hospitalisation complète
Lits et places de courts séjours (& psy) : 2 431
Séjours de courts séjours (& psy) : 152 159

Séjours en hospitalisation de jour : 60 157
Consultations externes : 997 566

Passages aux urgences : 117 364

Personnels équivalents temps plein 10 039 dont 1050 médecins (titulaires et contractuels)*
Internes : 668

Budget 2008 : 917 millions dont 148 millions d’investissement

Recherche – Enseignement : un rapprochement qui renforcera le rayonnement
La recherche est une mission essentielle des CHU, en liaison étroite avec l’Université et les établissements publics à caractère scientifique et technologique. Les deux établissements affirment leur volonté de définir des politiques de recherche complémentaires. Ils disposent déjà d’un environnement et de partenaires communs :
– la DIRC Grand Est organisée en Groupement de Coopération Sanitaire ;
– le Cancéropole Grand-Est auquel participent les deux CHU ;
– l’Etablissement Français du Sang qui présente la particularité d’être commun aux deux régions et qui constitue un partenaire important dans le domaine de la recherche, en particulier dans le domaine des biothérapies ;
– un Espace Ethique Interrégional Bourgogne-Franche-Comté qui vient d’être mis en place ;
– un centre de ressources biologiques (CRB) commun aux deux établissements en cours de constitution.

Enseignement : plus de choix, plus de mobilité
Des liens étroits unissent les deux Universités de Bourgogne et de Franche-Comté. Ces coopérations améliorent la qualité des formations et l’efficience des moyens mobilisés.
– le pôle de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) signé le 21 mai 2007 ;
– de nombreux enseignements et diplômes organisés en commun dans le domaine de la santé.
Les sites témoignent d’une même volonté d’organiser davantage de formations en commun et de faciliter la mobilité des internes, en priorité entre les deux établissements et entre les établissements de l’inter-région Est. Des stages inter-CHU seront financés par les DRASS ;

Etudiants en médecine et pharmacie
Numerus clausus 2008 – 2009 : 527

1 cycle – 1ère année : 2 342
1 cycle – 2ème année : 530
2ème cycle : 1 634
3ème cycle : 1 372

Enfin, à eux deux les CHU accueillent chaque année 773 étudiants au sein de leur 10 écoles et instituts de formation.

Contact CHU Besançon
Sophie Muraccioli
Chargée de communication
Centre Hospitalier Universitaire – 2 Place Saint Jacques
25 030 Besançon cedex
Tel : 03 81 21 86 26
Fax : 03 81 21 87 15
Email : smuraccioli@chu-besancon.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.