L’aide aux victimes d’infraction au CHU de Nantes

En partenariat avec le CHU de Nantes et le Conseil Départemental de l'Accès au Droit de la Loire-Atlantique (CDAD), une permanence d'information destinée aux victimes hospitalisées et à leur famille est assurée, depuis septembre 2004, au CHU de Nantes par une accueillante de l'ADAVI 44 :le lundi de 14 h à 17 h,au Service social de l'aile Nord de l'Hôtel-Dieu,dans le bureau d'entretien des assistantes sociales (4e étage).

En partenariat avec le CHU de Nantes et le Conseil Départemental de l’Accès au Droit de la Loire-Atlantique (CDAD), une permanence d’information destinée aux victimes hospitalisées et à leur famille est assurée, depuis septembre 2004, au CHU de Nantes par une accueillante de l’ADAVI 44 :le lundi de 14 h à 17 h,au Service social de l’aile Nord de l’Hôtel-Dieu,dans le bureau d’entretien des assistantes sociales (4e étage).

Depuis 16 ans, à l’ADAVI 44 (Association Départementale d’Aide aux Victimes d’Infraction), une équipe d’accueillants, de juristes et de psychologues offre un service anonyme, confidentiel et gratuit aux victimes d’infractions pénales telles que :
– agression, viol, homicide, coups et blessures, violences, menaces, injures…
– accident de la circulation,
– accident collectif,
– cambriolage, vol, destruction, dégradations, abus de confiance, escroquerie…
– et toute autre infraction.

L’ADAVI 44 assure également des modules d’information ou de sensibilisation sur les droits des victimes et la victimologie, destinés aux professionnels.

En partenariat avec le CHU de Nantes et le Conseil Départemental de l’Accès au Droit de la Loire-Atlantique (CDAD), une permanence d’information destinée aux victimes hospitalisées et à leur famille est assurée, depuis septembre 2004, au CHU de Nantes par une accueillante de l’ADAVI 44 :le lundi de 14 h à 17 h,au Service social de l’aile Nord de l’Hôtel-Dieu,dans le bureau d’entretien des assistantes sociales (4e étage).

Si nécessaire, l’accueillante de l’ADAVI 44 peut se rendre dans les chambres des victimes hospitalisées et qui ne peuvent pas se déplacer.

Dans le respect de la confidentialité et de la gratuité, les services suivants sont proposés sur site aux victimes et à leur famille :
– un accueil et une écoute privilégiés,
– des informations sur les droits des victimes,
– des explications sur les procédures à suivre,
– une assistance et un accompagnement dans les démarches à effectuer,
– un suivi des dossiers après le dépôt de plainte,
– un soutien moral,
– une orientation vers des services spécialisés plus appropriés.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.