Ambiance de groupe aux vertus thérapeutiques

Le CHU de Clermont-Ferrand inaugure une salle aménagée pour les jeunes patients suicidaires hospitalisés en psychiatrie. Dans cet espace collectif, la vie sociale reprend ses droits et les divertissements se vivent en groupe. Une initiative salutaire pour les 180 jeunes accueillis chaque année pour un séjour de près de près d’un mois.

Le CHU de Clermont-Ferrand inaugure une salle aménagée pour les jeunes patients suicidaires hospitalisés en psychiatrie au sein de l’unité PASS’AJE. Dans cet espace collectif, la vie sociale reprend ses droits et les divertissements se vivent en groupe. Une initiative salutaire pour les 180 jeunes accueillis chaque année pour un séjour de près de près d’un mois.
Le lieu participe à la réconciliation des adolescents avec eux-mêmes, avec les autres et le monde. Un projet soutenu par la GMF.
Un canapé, une TV, un miroir : trois investissements pour favoriser les échanges et tisser des liens
– le canapé modulable permet aux jeunes de réaliser les installations interchangeables à souhait afin d’aménager leur espace et se l’approprier,
– sur le téléviseur grand écran sont projetées les séances Hop’Art réalisées en groupe. C’est le seul poste du service. Chaque soir, les patients se réunissent au salon télé,
– le miroir donne une vision entière du corps. Lors de la prise en charge des patients qui présentent des troubles des conduites alimentaires, l’image du corps vu dans son intégralité les aide à se confronter à la réalité.
Le Dr Courty, chef de l’unité a créé une association ART (Activités Relationnelles Thérapeutiques) en 2006 afin de recueillir des financements pour aménager un espace collectif dédié à la construction d’une ambiance de groupe si précieuse aux soins. Sollicité, le Fonds d’Entraide du Groupe GMF a apporté sa contribution à hauteur de 3 500 €.
En savoir plus sur l’unité PASS’AJE
PASS-AJE (Prévention Accueil de la Souffrance Spécifique de l’Adulte JEune) a ouvert ses portes en janvier 1998. Cette unité a été conçue pour améliorer la prévention et la prise en charge du phénomène suicidaire chez les jeunes de la Région Auvergne. Il n’existe que 4 unités spécifiques des conduites suicidaires des grands adolescents et jeunes adultes en France : Clermont-Ferrand : Unité PASS’AJE, Nantes : Unité ESPACE, Brest : Unité Angela DUVAL et Bordeaux : Unité Jean ABADIE.
Chaque année, PASS’AJE prend en charge 180 patients. La durée moyenne des hospitalisations est de 24 jours.
Les critères d’admission à PASS’AJE sont représentés par l’âge (16-25 ans), le caractère aigu des difficultés présentées (situation de crise) et l’absence de pathologie mentale préalablement repérée (déficience mentale, troubles du développement précoce et émergence schizophrénique évidente).
Les tentatives de suicide, les menaces de passage à l’acte, les idéations suicidaires ou les troubles des conduites alimentaires représentent le principal motif d’admission à PASS-AJE.

L’hospitalisation va permettre :
– de reconnaître la souffrance du jeune de même que celle de ses proches
– d’aménager un temps de pause en réponse au désir de rupture que leur comportement a représenté
– de permettre une relance de la dynamique adolescente qui s’était enrayée.
En complément des soins les équipes ont mis sur pied de nombreux ateliers thérapeutiques
– activités psychothérapiques : psychodrame animé par le médecin psychiatre et la psychologue,
– activités sportives et de bien être : footing encadré d’une animatrice sportive, sports collectifs, pétanque, randonnée, esthétique

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.