Lancement d’une consultation «désir d’enfant & infection par le VIH»

Une consultation « désir d’enfant & infection par le VIH » est proposée depuis novembre 2011 au CHRU de Besançon, une initiative portée par la Coordination régionale de lutte contre le VIH (COREVIH) de Franche-Comté et du service de maladies infectieuses.

Une consultation « désir d’enfant & infection par le VIH » est proposée depuis novembre 2011 au CHRU de Besançon, une initiative portée par la Coordination régionale de lutte contre le VIH (COREVIH) de Franche-Comté et du service de maladies infectieuses.
Depuis l’entrée en vigueur de l’arrêté du 10 mai 2001, les couples concernés par le VIH et désirant un enfant peuvent bénéficier d’une assistance médicale à la procréation (AMP).
L’équipe bisontine (gynécologues, biologistes de la reproduction) accompagne quant à elle depuis 2004 les couples dans leur parcours de parentalité à risque viral : l’Aide Médicale à la Procréation permet de contourner le risque de contamination sexuelle intra couple et de traiter une éventuelle hypofertilité qu’elle soit ou non en lien avec l’infection par le VIH. Une collaboration multidisciplinaire étroite avec les médecins référents VIH, inscrite notamment dans le cadre du staff mensuel « AMP à risque viral », optimise ce soutien.
Avec la généralisation des antirétroviraux et l’optimisation du suivi médical, le recours à la procréation naturelle est une alternative à l’AMP et fait l’objet de recommandations d’experts (rapport YENI 2010). La procréation naturelle est accessible uniquement dans les situations où le risque de transmission du VIH intra couple est jugé faible et les chances de grossesse spontanée grandes ; un choix qui doit être partagé par les 2 membres du couple.
Lors de  la consultation « désir d’enfant & infection par le VIH », les couples sont informés des différents accès à la parentalité : assistance médicale à la procréation (insémination intra utérine, fécondation in vitro), auto insémination, procréation naturelle ou adoption.
Le possible recours à la procréation naturelle est discuté et évalué par le médecin référent VIH. Un bilan de fertilité est prescrit. Le couple bénéficie d’une consultation avec l’équipe d’AMP. La décision d’accompagner les couples en procréation naturelle est prise en concertation avec les patients et les spécialistes.
La démarche répond à un souci permanent de coordination multidisciplinaire, de respect des recommandations d’experts et d’éducation à la santé. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.