Lancement d’une mission sur la prise en charge médicamenteuse des résidents en EHPAD

Marisol Touraine et Michèle Delaunay ont confié vendredi dernier une mission sur la prise en charge médicamenteuse des résidents en EHPAD à Philippe Verger, directeur adjoint du CHU de Limoges, chargé de la politique gérontologique. L’objectif du gouvernement est de déployer dès 2013 un plan d’actions ambitieux sur le territoire national.

Marisol Touraine et Michèle Delaunay ont confié vendredi dernier une mission sur la prise en charge médicamenteuse des résidents en EHPAD à Philippe Verger, directeur adjoint du CHU de Limoges, chargé de la politique gérontologique. L’objectif du gouvernement est de déployer dès 2013 un plan d’actions ambitieux sur le territoire national.
Les résultats des études nationales ou des diagnostics locaux comme celui conduit en Limousin convergent : la prise en charge médicamenteuse des résidents en EHPAD est considérée comme inadaptée dans au moins 60% des cas.
Sur un autre échantillon étudié au niveau national, les personnes âgées hébergées en EHPAD ont une consommation globale moyenne d’environ 8 médicaments par jour ; dans 20% des cas, cette consommation s’élève même à 10 médicaments par jour. Or, cette situation peut avoir des conséquences néfastes sur la santé des résidents, aggravant le risque de chute, de dénutrition ou encore les troubles de comportement.

Ce constat partagé pousse à l’action. C’est un enjeu crucial en terme de préservation de l’autonomie et d’économie pour les dépenses d’assurance-maladie.
L’expérimentation initiée en 2009 sur l’introduction de la dépense de médicaments dans les dotations des EHPAD ne disposant pas de pharmacie intérieure n’a pas permis de faire émerger des éléments suffisamment concluants pour poursuivre cette démarche. Aussi, Marisol Touraine et Michèle Delaunay ont-elles proposé dans le cadre du PLFSS pour 2013 de mettre un terme à cette essai, et d’impulser une nouvelle dynamique capable de mobiliser tous les professionnels autour de ce sujet.
En confiant une mission à Philippe Verger, professionnel reconnu, elles ont également souhaité rompre avec la logique précédente, afin que le futur plan d’actions soit élaboré à partir des expériences de terrain. Qui plus est, le Limousin est une région où l’ensemble des acteurs témoignent de leur volonté de travailler ensemble à l’évaluation de leurs pratiques professionnelles, engagement que les deux ministres ont voulu saluer.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.