L’antenne médicale de prévention contre le dopage

L'ouverture au CHU de Fort-de-France d'une antenne médicale de prévention contre le dopage, en partenariat étroit avec la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports, constitue une première étape avant la création d'un service de médecine du sport. Une nécessité en Martinique qui figure parmi les premiers départements de France en nombre de sportifs de haut niveau par habitant.

L’ouverture au CHU de Fort-de-France d’une antenne médicale de prévention contre le dopage, en partenariat étroit avec la Direction Départementale de la Jeunesse et des Sports, constitue une première étape avant la création d’un service de médecine du sport. Une nécessité en Martinique qui figure parmi les premiers départements de France en nombre de sportifs de haut niveau par habitant.

La pratique des activités physiques de loisirs et de compétition ne rassemble pas moins de 40 000 personnes licenciées et l’on compte 30 à 40 000 pratiquants loisirs. On retrouve le même engouement en Guyane et en Guadeloupe, d’où l’importance de développer une image saine et de promouvoir l’éducation à la santé par la lutte contre les pratiques addictives dopantes.

L’Antenne médicale de prévention contre le dopage est placée sous la responsabilité du Professeur Aimé Charles-Nicolas en collaboration du Docteur Patrick René-Corail. La coordination médico technique est confiée au Docteur Louis-Léonce Lecurieux Lafferronnay, médecin du sport, addictologue, consultations et soins.

De rayonnement interrégional (Guadeloupe, Martinique, Guyane), cette structure accompagne les sportifs ayant eu recours à des pratiques dopantes. Elle remplit également des missions de prévention et d’éducation à la santé des sportifs. Elle dispense aussi des conseils en santé auprès des sportifs, de leur entraîneur et de leur entourage familial. Enfin, l’antenne assure le recueil des données épidémiologiques et la veille sanitaire dans le cadre de son exercice. Elle est incluse dans le réseau addictions 972.

Concrètement, s’agissant des soins, des consultations anonymes et gratuites sont effectuées deux jours par semaine (jeudi et vendredi) en réponse à la demande des sportifs, des entraîneurs ou de leur médecin traitant avec information du médecin traitant du patient en retour. Cette consultation permet le bilan clinique et paraclinique du sportif après recherche d’avis spécialisés si nécessaire (endocrinologie, néphrologie, hématologie, psychiatrie, rééducation fonctionnelle, orthopédie…).

L’expertise et le conseil auprès des ligues, clubs et comités seront assurés par le directeur de l’antenne et par les médecins de son équipe. Au programme : formations à la prévention du dopage des professionnels de santé, des éducateurs et cadres sportifs, des parents, mise en place d’actions de prévention auprès des sportifs et de leur entourage sur leur lieu d’entraînement.

La centralisation des données auprès de la consultation permettra d’apprécier les pratiques spécifiques de l’interrégion en matière d’utilisation de produits à usage de dopage.

Les actions de recherche portent sur les pratiques dopantes en région Antilles Guyane spécificités culturelles, les particularités psychologiques de la pratique du haut niveau aux Antilles Guyane et les déviances. Ces travaux seront enrichis par l’apport de la thérapie comportementale et cognitive, et les connaissances de la nutrition et des substituts énergétiques en région Antilles Guyane.

D’après un article du Docteur Patrick René-Corail

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.