l’AP-HM au secours des naufragés du Costa Concordia

Les 14 et 15 janvier 2012, le personnel de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille s’est mobilisé pour prendre en charge les 385 naufragés du Costa Concordia arrivés au Port de Marseille. Les victimes ont bénéficié du soutien des équipes du SAMU 13 et de la Cellule d’urgence médico-psychologique (CUMP)

.Les 14 et 15 janvier 2012, le personnel de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille s’est mobilisé pour prendre en charge les 385 naufragés du Costa Concordia arrivés au Port de Marseille.  Les victimes ont bénéficié du soutien des équipes du SAMU 13 et de la Cellule d’urgence médico-psychologique (CUMP) composées de médecins, externes, cadres de santé, psychologue, infirmiers, permanenciers, ambulanciers ont mis leur savoir-faire au service des victimes

Samedi 14 janvier, de 14h à 4h du matin : 385 naufragés en provenance d’Italie sont arrivés au centre d’accueil des naufragés au J4 sur le Port de Marseille, conduits par 9 bus. 289 d’entre eux ont été hébergés à l’hôtel. 82 personnes ont été accueillies au point médical. 87 victimes ont été examinées au poste de secours dont 4 ont été évacuées à l’hôpital. 155  personnes se sont entretenues avec la cellule psychologique (CUMP et psychologues du bataillon de marins-pompiers de Marseille)
Dimanche 15 janvier : Les victimes ont été prises en charge à l’hôtel de 11h30 à 17h et à l’aéroport de 22h à 1h du matin. 33 consultations ont été assurées par la CUMP et le SAMU 13
La coordination des secours était assurée par le Dr Philippe GARRY, du SAMU 13, Référent plans de secours et prévention des risques nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.