L’AP-HM centre de référence pour les infections ostéo-articulaires

L'AP-HM a été désignée par le ministère de la santé comme centre de référence inter-régional pour la prise en charge des infections ostéo-articulaires complexes en partenariat avec les CHU de Nice, de Nimes et de Montpellier, vendredi 26 septembre 2008.

L’AP-HM a été désignée par le ministère de la santé comme centre de référence inter-régional pour la prise en charge des infections ostéo-articulaires complexes en partenariat avec les CHU de Nice, de Nimes et de Montpellier, vendredi 26 septembre 2008.

Le centre de référence couvrira l’interégion sud- Méditerranée (Languedoc – Roussillon, PACA et Corse) et sera coordonné par le Professeur Philippe BROUQUI, chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Nord. Il aura des missions de coordination, de formation et de recherche mais aussi de prise en charge des patients présentant les infections les plus complexes.

Les infections ostéo-articulaires sont des infections graves au retentissement social important : elles sont en effet invalidantes du fait de leur tendance à la chronicité et aux difficultés d’un traitement complexe. Quelques exemples d’infections ostéo-articulaires : ostéites, ostéomyélites, ostéites infectieuses, spondylodiscites infectieuses, arthrites infectieuses suppurées ou septiques, arthrites bactériennes et infections ostéo-articulaires liées au diabète.

Cette labellisation témoigne de la reconnaissance de l’ensemble des compétences pluridisciplinaires hospitalières organisées autour d’équipes médicales et soignantes hautement spécialisées.
Jean-Claude Gaudin, président du Conseil d’Administration de l’AP-HM a tenu à exprimer personnellement ses sincères félicitations aux équipes médicales et soignantes qui représentent brillamment la communauté scientifique marseillaise.

L’AP-HM dispose déjà de 6 centres de référence pour les maladies rares. Ces centres concernent les maladies héréditaires du métabolisme, les anomalies du développement et syndrômes dysmorphiques, les hernies diaphragmatiques, les déficits hypophisaires, la thalassémie, et les maladies neuromusculaires et sclérose latérale amyotrophique

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.