L’AP-HM, Le CHU euro-méditerranéen, créatif et radieux

L'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille, l'université de la Méditerranée Aix-Marseille et Marseille-Provence, capitale européenne de la culture 2013 ont signé une convention d'objectifs autour du projet “Santé e(s)t culture(s)”, le 27 octobre 2009. Par cet accord, les parties s'engagent à soutenir les actions prenant en compte la dimension culturelle de la santé et de la médecine en Méditerranée. Elles se mobilisent pour favoriser la création artistique et l'action culturelle auprès des personnes hospitalisées et des professionnels de la santé et développer la qualité des espaces hospitaliers par des commandes de création. Première illustration concrète de l'entente culturelle tripartite, l'exposition des oeuvres de deux plasticiennes d'Ymane Fakhir* et Delphine Monrozies* visible à la Villa Gaby jusqu'au jeudi 29 octobre 2009.

L’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille, l’université de la Méditerranée Aix-Marseille et Marseille-Provence, capitale européenne de la culture 2013 ont signé une convention d’objectifs autour du projet “Santé e(s)t culture(s)”, le 27 octobre 2009. Par cet accord, les parties s’engagent à soutenir les actions prenant en compte la dimension culturelle de la santé et de la médecine en Méditerranée. Elles se mobilisent pour favoriser la création artistique et l’action culturelle auprès des personnes hospitalisées et des professionnels de la santé et pour développer la qualité des espaces hospitaliers par des commandes de création. Première illustration concrète de l’entente culturelle tripartite, l’exposition des oeuvres de deux plasticiennes d’Ymane Fakhir* et Delphine Monrozies* visible à la Villa Gaby jusqu’au jeudi 29 octobre 2009.


Oeuvre de d’Ymane Fakhir

Cliquer sur l’image pour agrandir

Alliant « exigence créatrice et dimension populaire » l’AP-HM propose des interventions artistiques au plus près des personnels et des patients. En adéquation avec les attentes de Marseille-Provence 2013, l’AP-HM mettra en oeuvre dans le cadre de «Santé e(s)t culture(s)» :

– une plate-forme de rencontres pour les professionnels de la santé, les universitaires et chercheurs, les usagers et le grand public sur les thèmes relatifs à la santé dans les cultures méditerranéennes et européennes. Dès 2010 les partenaires vont initier un cycle de conférences intitulé les Conversations de Salerne (en référence à l’école de médecine éponyme qui a rassemblé les connaissances médicales gréco-latines et arabes à l’époque du haut moyen-âge) invitant universitaires chercheurs et praticiens du bassin méditerranéen à échanger sur la dimension culturelle de la santé (rapport au corps, religion, rituel, statut de la femme,…).

– des interventions de créateurs à l’hôpital dans la perspective de contribuer à la qualité des liens interpersonnels et des dynamiques collectives mais également comme force d’interrogation de l’institution. Ainsi, l’hôpital accueillera des artistes qui proposeront des ateliers de créations à destination des patients et des personnels, notamment dans le cadre des ateliers euroméditerranéens coordonnés par Marseille-Provence 2013.

– des commandes de créations exemplaires au travers de la participation de l’AP-HM au programme culturel « Nouveaux Commanditaires » de la Fondation de France. Objectif, apporter une valeur ajoutée à la qualité des espaces hospitaliers, et particulièrement aux espaces d’accueil des patients.

L’inscription de la culture dans l’institution hospitalière donne corps au label Marseille capitale culturelle et répond à une évidence profonde liée à la vocation même de l’hôpital, lieu «de tous les paradigmes à partir desquels se définit toute culture : la naissance, le corps, la souffrance, la guérison, la mort».

« Santé e(s)t culture(s)», un événement culturel à l’échelle du territoire euro-méditerranéen

Coeurs du projet, 200 ateliers de l’Euroméditerranée vont conforter les liens Nord-Sud au travers d’échanges, de rencontres de créateurs et de leurs oeuvres. Il s’agit là d’une expérience inédite et exemplaire de rencontres interculturelles. Piloté par Marseille-Provence 2013, ce programme permettra à l’AP-HM d’accueillir une résidence artistique sur le territoire hospitalier.

La programmation des actions sera précisée au cours du premier semestre 2010.

Les partenaires de « Santé e(s)t culture(s)»

Alliée de poids dans cette initiative culturelle, l’Université de la Méditerranée rayonne déjà au-delà de la mer à travers du Consortium TETHYS qu’elle pilote et qui regroupe 31 universités du bassin euro-méditerranéen.

L’AP-HM, établissement de référence pour nombre d’hôpitaux méditerranéens, participera à l’affirmation de la culture euro-méditerranéenne en la rendant accessible à près d’un million de personnes, patients, équipes de soins, visiteurs, étudiants de toutes nationalités qui se croisent chaque année dans ses différents sites…

Enfin, métropole-phare de la méditerranée, Marseille, de par son histoire et sa géographie se trouve au coeur des échanges Nord-Sud. Porteuse d’une dynamique de territoire ambitieuse l’Euroméditerranée, la cité phocéenne fédère les énergies autour de grands enjeux internationaux.

*Ymane Fakhir est née à Casablanca en 1969, formée à l’Ecole Nationale de la Photographie d’Arles et à l’école d’Art d’Aixen-Provence, elle vit et travaille à Marseille.

*Delphine Monrozies est née en 1976 à Albi, diplômée de l’Ecole des Beaux-Arts de Marseille, elle vit et travaille à Marseille.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.