L’AP-HM prête à affronter la canicule

En prévision d'un été qui s'annonce chaud, l'Assistance Publique -Hôpitaux de Marseille a mis en place un dispositif d'alerte déjà bien rodé.

En prévision d’un été qui s’annonce chaud, l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille a mis en place un dispositif d’alerte déjà bien rodé.

Le niveau 2 du plan canicule a été atteint le 25 juin, avec des températures dépassant les 35 degrés, et l’Assistance Publique – Hôpitaux de Marseille s’organise pour faire face à un éventuel afflux de patients. « La situation n’est pas encore alarmante », affirme le Dr Pierre Rostini, du Samu 13. « Le nombre d’appels reçus au Centre 15 est sensiblement le même qu’au mois de juin 2004, mais avec deux fois plus de malaises, qui ont pu être traités par la régulation téléphonique ». Les urgences ne constatent pas non plus une augmentation drastique des cas d’hyperthermie. Cependant, tous les services sont sur le pied de guerre.

« Depuis le 1er juin », explique le Dr Philippe Jean, chef du service des Urgences à l’hôpital Nord et la Conception, « nous recueillons chaque jour des indicateurs qui permettent de nous maintenir en alerte : activité des urgences, du SAMU, nombre de décès mais aussi âge des patients admis en urgence. Et nous sommes en contact permanent avec les hôpitaux de la région. »
Ces indicateurs intègrent aussi la capacité d’accueil en hospitalisation par un recensement quotidien des lits disponibles. L’AP-HM complète ce recueil d’information par 2 points des lits supplémentaires à celui demandé par l’Agence Régionale d’Hospitalisation.

Dans des délais très courts, les services d’urgence peuvent mettre en place des zones de tri permettant d’accueillir un nombre de patients supplémentaires aux urgences, pour examen et prise en charge médicale. En parallèle, les services de soins et les services médico-techniques appliquent des fiches réflexes afin de se tenir prêts à accueillir un nombre important de victimes. Le SAMU coordonne la régulation des patients à admettre. Les procédures de rappel des personnels sont prévues afin de renforcer les équipes soignantes si nécessaire. De même, en fonction de la crise à gérer, l’activité programmée de l’établissement peut être ralentie pour consacrer l’ensemble des ressources à l’accueil des urgences.

Enfin, l’AP-HM a entrepris d’importants travaux de climatisation, pour un montant de 12 millions d’euros : actuellement, 55% des 3 500 lits sont climatisés, et l’ensemble des services le sera d’ici la fin 2006.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.