L’AP-HP : 1er centre de cancérologie d’Ile-de-France

Avec une file active de 83 500 patients dont 55 000 nouveaux malades en 2011, l'AP-HP est le 1er établissement de cancérologie d’Ile-de-France, devant l'Institut Gustabe Roussy et l'institut Curie et Raymond Huguenin. Jusqu'alors éclatée en 21 établissements, l'offre de l’AP-HP est désormais restructurée en 7 centres intégrés et 37 centres experts, chacun satisfaisant des critères de labellisations en termes d’activité, de stratégie et de recherche. Le patient appréciera cette organisation graduée, plus lisible et plus accessible.

Avec une file active de 83 500 patients dont 55 000 nouveaux malades en 2011, l’AP-HP est le 1er établissement de cancérologie d’Ile-de-France, devant l’Institut Gustabe Roussy et l’institut Curie et Raymond Huguenin. Jusqu’alors éclatée en 21 établissements, l’offre de l’AP-HP est désormais restructurée en 7 centres intégrés et 37 centres experts, chacun satisfaisant des critères de labellisations en termes d’activité, de stratégie et de recherche. Le patient appréciera cette organisation graduée, plus lisible et plus accessible.
Cancérologie, la nouvelle cartographie
L’offre de l’AP-HP est répartie en 7 centres intégrés, véritables centres de cancérologie dans les groupes hospitaliers, et en 37 centres experts, lieux d’excellence dans une spécialité. Elle passe ainsi d’une médecine d’organe à une prise en charge globale et personnalisée.
Les centres intégrés en oncologie regroupent, au sein d’un des 12 groupes hospitaliers, un service d’oncologie médicale et des services couvrant a minima trois spécialités d’organes, présentant un niveau d’activité important et répondant à des critères de qualité des soins exigeants. A la différence des centres de lutte contre le cancer uniquement dévolus à cette pathologie, les centres intégrés peuvent mobiliser un large éventail d’expertises médicales et chirurgicales au‐delà des seuls soins liés au traitement du cancer. Les centres intégrés se caractérisent par une prise en charge précoce et globale des patients et par leur capacité à développer une activité de recherche, d’innovation et d’enseignement.
La gouvernance médicale et administrative dédiée des centres intégrés coordonne et facilite les regroupements physiques sur site et la mutualisation de certaines fonctions comme l’accueil, les consultations, l’hôpital de jour, les plateaux techniques, l’oncogériatrie, les soins de support ou les dispositifs de sortie.
Le centre expert digestif du GH La Pitié‐Salpêtrière ‐ Charles Foix illustre cette évolution. Depuis 2010, il a fait  évolué son organisation avec le soutien de l’Institut National du Cancer (INCa). Des infirmières de coordination deviennent interlocutrices privilégiées des patients atteints de cancer colorectal. Elles assurent l’interface entre les acteurs de soins, du début du traitement jusqu’à la phase après cancer, avec si besoin est, un accompagnement en vue d’une réinsertion professionnelle ou vers un nouveau parcours de soins en cas de rechute…
Evaluée très favorablement par les patients, la prise en charge personnalisée s’appuie sur une communication permanente et régulière avec l’ensemble des acteurs de soins.
37 structures sont labellisées centres experts en oncologie dans les 12 groupes hospitaliers de l’AP‐HP. Leur distinction est liée à l’expertise de la prise en charge des patients qui inclut l’innovation ainsi qu’à leur activité de recherche, et ce, dans une spécialité oncologique bien définie. La labellisation distingue leur notoriété, la qualité du portage médical et chirurgical, la disponibilité des activités de recours (prises en charges complexes, anapath, imagerie…) et leur implication dans la recherche clinique, de transfert et fondamentale.

Ces 7 centres intégrés et 37 centres experts sont complétés par 7 centres spécialisés adultes et 5 centres spécialisés pédiatriques. Ces centres répondent aux mêmes critères que les centres experts mais ont une offre de soins plus circonscrites
Cartographie de l’offre de soins en cancérologie

En savoir plus sur la cancérologie à l’AP-HP

L’AP‐HP traite tous les types de cancer : sein, gynécologie, digestif, urologie, thorax, orl & thyroïde, dermatologie, hématologie, neuro‐oncologie… et dispose d’un panel de prise en charge en chirurgie, radiothérapie, chimiothérapie… en hospitalisation complète, partielle ou à domicile. L’institution possède aussi un plateau médico‐chirurgical, d’imagerie et de biopathologie unique par sa diversité et sa modernité. Outre les 42 scanners, 34 IRM,8 TEP,36 gamma camera et 13 accélérateurs, on retiendra 1 gamma knife, 1 appareil de tomothérapie installé, 3 blocs de Curie thérapie, 1 cyclotron, 3 robots installés sur 3 sites.
Acteur majeur de la recherche clinique en cancérologie, l’AP-HP a participé en 2011 à 582 essais cliniques dont 25 ciblés spécifiquement sur les personnes âgées et 42 sur les enfants. Elle a assuré la promotion de 125 essais dont 84 recherches biomédicales. Au total, 10 512 patients de l’AP‐HP participants à ces essais en cancérologie
L’institution est aussi impliquée dans des groupements prestigieux : l’Institut Universitaire d’Hématologie (IUH) de l’hôpital Saint‐Louis ou PACRI, alliance parisienne des instituts de recherche en cancérologie (PRES Sorbonne Paris Cité, IGR, Institut Curie, IUH…).
Pour en savoir plus, le dossier de presse

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.