L’AP-HP aux côtés de 4 millions de personnes atteintes de maladie rare

Du 2 au 10 juin 2008, dans le cadre du Jubilé des CHU, l'AP-HP invite le public à découvrir les avancées de la thérapie génique et leurs applications concrètes dans le traitement des maladies rares et l'amélioration de la qualité de vie du patient et son entourage.

Du 2 au 10 juin 2008, dans le cadre du Jubilé des CHU, l’AP-HP invite le public à découvrir les avancées de la thérapie génique et leurs applications concrètes dans le traitement des maladies rares et l’amélioration de la qualité de vie du patient et son entourage.

Au programme Conférences grand public données par les experts, projections de films…10 hôpitaux sont mobilisés. Pour en savoir plus www.jubile.aphp.fr

L’AP-HP : laboratoire de la médecine de demain
Après la découverte de la Trisomie 21, il y a 50 ans, les Centres Hospitalo-Universitaires ont été à l’origine de nombreuses découvertes et de progrès médicaux en matière de génétique et de maladies rares. L’AP-HP est engagée et mobilisée dans la recherche comme dans la prise en charge des maladies rares. Le 1er CHU de France héberge 69 des 132 Centres de référence labellisés en France et de nombreux laboratoires.

Les maladies rares en France
Appelés aussi maladies orphelines, elles sont définies par leur fréquence : moins d’1 cas pour 2 000 habitants. 4 millions de personnes sont touchées en France. Sur les 6 000 maladies sont répertoriées. 80% des maladies rares sont d’origine génétique. *

___

*Cinq mille maladies rares, le choc de la génétique : constat, perspectives et possibilités d’évolution, BARATAUD Bernard , FRANCE, Conseil économique et social, octobre 2001

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.