L’AP-HP et TRIBVN Healthcare codéveloppent une plateforme nationale de télépathologie

A l’occasion du congrès annuel de la Société Française de Pathologie organisé en novembre 2018 à Paris, l’AP-HP et TRIBVN Healthcare annoncent un partenariat stratégique de cinq ans pour développer et exploiter une plateforme nationale de télépathologie.

A l’occasion du congrès annuel de la Société Française de Pathologie organisé en novembre 2018 à Paris, l’AP-HP et TRIBVN Healthcare annoncent un partenariat stratégique de cinq ans pour développer et exploiter une plateforme nationale de télépathologie. 
La signature de l’accord entre l’AP-HP et TRIBVN Healthcare permet la création d’un réseau national de second avis en télépathologie en France, ouvert à tous les pathologistes qu’ils soient en milieu hospitalier ou libéral, en métropole ou dans les territoires outremarins.
Il associe l’expertise scientifique et médicale de l’AP-HP au savoir-faire de TRIBVN Healthcare dans le développement de dispositifs médicaux d’imagerie pour les laboratoires. Les compétences des deux partenaires sont essentielles pour le développement du réseau et son exploitation commerciale au niveau national. 

L’apport de la télépathologie ? 

Les lames de verre traditionnellement lues au travers du microscope deviennent des lames virtuelles. Une fois numérisées, via un scanner de lames, elles sont transmises informatiquement et de manière sécurisée vers l’anatomopathologiste. Il peut alors réaliser son diagnostic sur son ordinateur grâce à une image d’une excellente définition, avec des possibilités de zoom comparables à celles du microscope et à distance du lieu de prise en charge du patient. Les patients disposent ainsi d’un accès complémentaire à des spécialistes de leurs pathologies.
Ce réseau, fondamental dans l’organisation du diagnostic et des soins, permettra aux pathologistes d’accéder à un réseau de correspondants qualifiés pour obtenir rapidement et sans contrainte géographique, un avis spécialisé. Le service a pour objectif d’être disponible pour les pathologistes au second semestre 2019 et traduit l’adoption croissante de la pathologie numérique comme un outil à forte valeur pour les services de pathologie. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.