Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP, Agnès Drouhin, directrice du centre hospitalier Andrée Rosemon à Cayenne, Jean-Mathieu Defour, directeur du centre hospitalier de l’Ouest guyanais à Saint-Laurent-du-Maroni, ont signé ce 19 janvier 2018, en présence du directeur Général de l’ARS Jacques Cartiaux, une convention de partenariat. Celui-ci intègre l’hôpital de Kourou, devenu "établissement public" depuis le 1er janvier.
Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP, Agnès Drouhin, directrice du centre hospitalier Andrée Rosemon à Cayenne, Jean-Mathieu Defour, directeur du centre hospitalier de l’Ouest guyanais à Saint-Laurent-du-Maroni, ont signé ce 19 janvier 2018, en présence du directeur Général de l’ARS Jacques Cartiaux, une convention de partenariat. Celui-ci intègre l’hôpital de Kourou, devenu "établissement public" depuis le 1er janvier.
A l’heure où le système de santé guyanais fait face à de multiples contraintes (maillage territorial insuffisant, faible densité de professionnels de santé, difficultés de recrutement…), l’AP-HP s’engage avec les établissements guyanais dans une démarche de coopération afin de contribuer à renforcer l’offre de soins hospitaliers et la coordination des parcours sur le territoire.
Cette coopération s’articulera autour de 4 axes l’ingénierie de projets et appui administratif, la coopération médicale et scientifique, la recherche et la formation des personnels. 

Ingénierie et appui administratif

En termes de soutien opérationnel et administratif, l’AP-HP facilitera la mise à disposition de compétences, notamment dans le cadre du projet du nouvel hôpital de Saint-Laurent du Maroni. Comme elle a facilité l’envoi de professionnels dont les compétences et l’expertise dans différents domaines permettent d’accompagner le Centre hospitalier de l’ouest guyanais (CHOG) en amont de cette ouverture (cadres techniques, logistiques, administratifs, soignants). Plusieurs missions se sont déroulées depuis le mois de septembre, d’autres sont prévues dans les mois à venir.

Coopération médicale et scientifique 

La coopération médicale visera quant à elle à renforcer l’offre de soins hospitaliers et à développer des parcours de soins coordonnés et des filières patients sur le territoire guyanais.
Des staffs communs en visio-conférence, des téléconsultations et des échanges d’avis et d’expertise à distance pourront par exemple être organisés entre les équipes médicales guyanaises et des services référents de l’AP-HP. L’accord prévoit également la création de postes d’assistants spécialistes partagés entre le CHU francilien et les établissements guyanais.

De la néonatologie à l’anatomopathologie

Un certain nombre de spécialités ont été identifiées comme prioritaires dans le cadre de cette coopération, notamment la gynécologie-obstétrique, la néonatalogie, les maladies infectieuses et tropicales, les urgences, l’anesthésie, la neurologie,  la cardiologie ou encore l’anatomopathologie.
Pour exemple, l’AP-HP a apporté une aide ponctuelle avec l’envoi de médecins néonatologistes au début du mois de juillet 2017. Sur cette thématique, un partenariat est structuré avec le service de l’hôpital Cochin-Port Royal – AP-HP, dont le chef de service se déplace régulièrement à Cayenne pour apporter des conseils sur l’organisation, participer aux staffs, aux visites, et donner des avis de recours dans l’objectif d’une coopération équilibrée. Ce type de collaboration existe et se structure également dans le domaine de la neurologie ou encore de la médecine infectieuse.
L’ambition est de prolonger et renforcer les coopérations existantes et d’en créer de nouvelles. Ainsi, un premier poste d’assistant partagé devrait être mis en place dès mai 2018 dans le domaine des maladies infectieuses et tropicales entre le CH de St-Laurent du Maroni et l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière – AP-HP. Des discussions sont également engagées pour la création d’un poste d’assistant partagé en bactériologie entre le CH de Cayenne  et l’hôpital Bichat AP-HP.
La télémédecine se révèle du reste un levier important de cette coopération notamment dans le domaine de l’imagerie néonatale et de la télépathologie, pour laquelle plusieurs services de l’AP-HP ont fait part de leur souhait de participation. 

Recherche médicale et formation 

Les établissements guyanais pourront solliciter l’appui et l’expertise de l’AP-HP en matière de formation, d’investigation, de promotion et de valorisation de la recherche. Une participation conjointe à des essais, promus ou coordonnés par l’AP-HP, pourra par exemple être mise en œuvre. L’AP-HP pourra aussi assurer la protection et la gestion de brevets, en négociant des contrats de transfert et technologies au nom et pour le compte de l’établissement.  
La formation des personnels médicaux et paramédicaux des deux établissements guyanais se fera également, dans ce contexte, afin de faciliter notamment la réalisation de stages dans des services de l’AP-HP en vue de l’obtention d’un diplôme universitaire ou de stages d’immersion et de renforcement des compétences pour l’encadrement. 

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.