L’AP-HP poursuit en 2011 son retour à l’équilibre

Alors que l’AP-HP prévoyait un déficit de 123 M€ tous comptes de résultats confondus et de 139 M€ sur le compte principal en 2011, les premiers chiffres font apparaître un déficit moindre de 40 M€ soit– 83 M€ tous comptes confondus et– 90 M€ pour le compte principal pour un budget de près de 7 milliards d’euros. Ce résultat très encourageant, 20 M€ de mieux par rapport à 2010 traduit les efforts de l’ensemble des professionnels.

Alors que l’AP-HP prévoyait un déficit de 123 M€ tous comptes de résultats confondus et de 139 M€ sur le compte principal en 2011, les premiers chiffres font apparaître un déficit moindre de 40 M€ soit– 83 M€ tous comptes confondus et– 90 M€ pour le compte principal pour un budget de près de 7 milliards d’euros. Ce résultat très encourageant, 20 M€ de mieux par rapport à 2010 traduit les efforts de l’ensemble des professionnels.     

S’agissant du compte principal qui représente 95 % de l’ensemble des budgets, l’exécution plus favorable résulte pour près de la moitié d’une légère progression des recettes liées à  l’activité  et d’un dégel partiel de la dotation MIGAC. Les progrès réalisés dans la gestion des achats, des stocks et la consommation des médicaments ont contribué à la bonne maîtrise des charges. L’exercice 2011 a aussi été marqué par des difficultés rencontrées dans le recrutement des personnels infirmiers partiellement compensées par un recours à des personnels de remplacement et à l’intérim.
Dans le contexte économique contraint de 2011, l’AP-HP a respecté les priorités de son plan stratégique 2010- 2014. L’institution a réorganisé son offre de soins pour en améliorer l’accessibilité, la sécurité et la qualité ; elle a aussi renforcé sa position de premier plan dans l’enseignement et la recherche.   En parallèle, l’AP-HP s’est engagée dans une démarche réaliste et volontaire de retour à l’équilibre devant lui permettre de garder une capacité d’autofinancement propre à assurer ses investissements futurs.
En 2012, l’AP-HP entend poursuivre les efforts nécessaires de transformation et de modernisation de son organisation. L’objectif de retour à l’équilibre doit permettre à l’AP-HP de consolider sa capacité à investir.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.