L’ARS Rhône-Alpes approuve la CHT Grenoble-Isère

Engagés dans une démarche de coopération depuis le 1er semestre 2010, le Centre hospitalier universitaire de Grenoble et les 6 centres hospitaliers d’Alpes-Isère, Voiron, Rives, Tullins, Saint-Geoire-en-Valdaine et Saint-Laurent-du-Pont ont acté officiellement leur partenariat en signant le 6 janvier la convention constitutive de la Communauté hospitalière de territoire Grenoble-Isère.

Engagés dans une démarche de coopération depuis le 1er semestre 2010, le Centre hospitalier universitaire de Grenoble et les 6 centres hospitaliers d’Alpes-Isère, Voiron, Rives, Tullins, Saint-Geoire-en-Valdaine et Saint-Laurent-du-Pont ont acté officiellement leur partenariat en signant le 6 janvier la convention constitutive de la Communauté hospitalière de territoire Grenoble-Isère.
Promue par la loi « Hôpital, patients, santé et territoires (HPST) » du 21 juillet 2009, la communauté hospitalière de territoire permet à plusieurs établissements publics de santé de coopérer sur la base d’un projet médical commun.

Le projet médical de la Communauté hospitalière de territoire

La Communauté hospitalière de territoire Grenoble-Isère prend appui sur de nombreuses coopérations existantes et anciennes entre établissements qui relèvent, soit d’une démarche de recomposition de l’offre de soins, soit d’une organisation de bassin.
Structuration de filières graduées : chirurgie, cancer, soins critiques (réanimations, surveillance continue), gériatrie, périnatalité, missions hospitalo-universitaires
Amélioration de l’accès aux soins
– Articulation et fluidité des parcours entre soins aigus et soins de suite et de rééducation 
– Sectorisation psychiatrique, psychiatrie de la personne âgée, urgences, détenus, précarité, addictologie ;
– Maladies Chroniques (néphrologie/dialyse, diabétologie) et programmes d’éducation thérapeutique
– Mutualisations : imagerie/télémédecine, biologie, permanence des soins hospitalière.
Articulation avec les soins primaires et développement du lien Ville-Hôpital : avis spécialisés, retour à domicile, réseaux, hospitalisation à domicile
– Création d’une plateforme d’information pour les médecins de ville (téléphone, internet) et les avis séniorisés ;
– Développement des équipes mobiles extrahospitalières (gériatrie, géronto-psychiatrie, troubles envahissants du développement), notamment en articulation au secteur médicosocial ;
– Participation au retour et au maintien au domicile en lien avec les réseaux de santé territoriaux fédérés au sein de la Maison des réseaux de santé Sud-Isère.
Couvrant le bassin de santé grenoblois (800 000 habitants), la CHT Grenoble-Isère, est la troisième approuvée en Rhône-Alpes, après celles de Villefranche-Tarare-Alix en janvier 2011, et Annecy-Rumilly-Saint-Julien-en-Genevois en juin 2011.
C’est la première à associer un CHU, un hôpital psychiatrique, et plusieurs centres hospitaliers, soit 7 établissements fondateurs.
Cette communauté hospitalière a vocation à accueillir dès que possible 2 établissements supplémentaires (le centre hospitalier de La Mure et le centre rhumatologique d’Uriage-les-Bains).
Contacts presse
ARS Rhône-AlpesAurélie Descours 04 27 86 57 85 aurelie.descours@ars.sante.fr
CHU Grenoble  Anne Decq-Garcia  04 76 76 50 98   directioncommunication@chu-grenoble.com

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.