L’ARS Rhône-Alpes et le CHU de Grenoble signent un contrat de retour à l’équilibre

Christophe Jacquinet, directeur général de l’Agence régionale de santé Rhône-Alpes et Jean Debeaupuis, directeur général du CHU de Grenoble ont signé un Contrat de retour à l’équilibre financier (CREF) qui définit la trajectoire financière de retour à l’équilibre et de désendettement du CHU sur la période 2011-2015.

Christophe Jacquinet, directeur général de l’Agence régionale de santé Rhône-Alpes et Jean Debeaupuis, directeur général du CHU de Grenoble ont signé un Contrat de retour à l’équilibre financier (CREF) qui définit la trajectoire financière de retour à l’équilibre et de désendettement du CHU sur la période 2011-2015.
Une bonne maîtrise des dépenses et une meilleure valorisation de son activité permettent au CHU de Grenoble une prévision de clôture 2011 légèrement en avance sur le contrat, avec un déficit conforme à l’objectif – 14 M€ soit 2,3% du budget principal, un endettement stabilisé à 68,5% des recettes d’exploitation soit 411 M€, et une capacité d’autofinancement de 33 M€, supérieure aux prévisions et à l’annuité de remboursement de capitaux soit 20 M€. 
En 2012, parmi les mesures inscrite au plan d’ations le CHU va maintenir les bons scores des durées de séjour qui pour la première fois en 2011, sont inférieurs de 3% à la moyenne nationale, et conforter l’essor de l’anesthésie et de la chirurgie ambulatoires, dont le taux a doublé entre 2005 et 2011 ;  la part de séjours ambulatoires en unité dédiée passant de 11% à 22% des séjours chirurgicaux, avec un objectif de 37% à l’horizon 2015.
La maîtrise des dépenses, notamment de personnel médical et non médical, est poursuivie en 2012 et au-delà.En avance sur la prévision, la masse salariale non médicale a diminué de 0,7% en 2011 au lieu des 0,5% prévus. Les dépenses médicales et hôtelières ont été tenues en 2011 tout en développant des activités nouvelles et en mettant en service l’Hôpital Couple Enfant. Dès 2012, l’investissement annuel est ramené à 20 M€.
L’avancement du contrat performance signé avec l’ARS et l’ANP en décembre 2010 est lui aussi conforme aux prévisions : il couvre les exercices 2011 et 2012 avec un objectif d’amélioration de la marge du CHU de 12,5 M€ en année pleine fin 2012. Il porte sur l’amélioration des achats, l’optimisation des prescriptions et productions d’actes médico-techniques (biologie, imagerie, pharmacie), de l’organisation des blocs opératoires et de la stérilisation, l’amélioration de l’absentéisme, et l’optimisation du parcours patient et de l’information médicale.
Ayant achevé la réalisation du projet d’établissement 2006-10 avec l’ouverture complète à l’automne 2011 de l’Hôpital Couple-Enfant qui comprend des activités de génétique, le CHU conforte son rôle d’établissement de référence pour le territoire Est de la région Rhône-Alpes, et les 2 millions d’habitants du sillon alpin (Isère Centre et Sud, Savoie et Haute-Savoie), en lien avec l’ensemble des établissements partenaires, publics et privés.
Dans le cadre de son nouveau projet d’établissement 2011-15, le CHU a arrêté ses priorités 2012  : le respect des engagements du contrat de retour à l’équilibre financier et du contrat performance, le plein fonctionnement des réalisations récentes, Institut de rééducation Sud, Institut de Biologie et Pathologie, Hôpital Couple-Enfant, et la poursuite de l’amélioration de la qualité des soins au service de l’agglomération grenobloise et du territoire Est.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.