L’art de la diététique a ses journées tourangelles – 11/12/13 juin 2015

Comment manger équilibré avec 3,50€ par jour ? Pourquoi les orthorexiques s'imposent-elles des règles si strictes ? L'alimentation n'est-elle pas d'abord et avant tout une marque de respect ? Au pays de la gastronomie ces sujets revêtent une acuité particulière et seront débattus lors des 53e Journées d’Études de l'Association Française des Diététiciens-Nutritionnistes (AFDN) qui se tiendront à Tours du 11 au 13 juin à Tours. 650 participants, diététiciens et professionnels de santé, sont attendus.

Comment manger équilibré avec 3,50€ par jour ? Pourquoi les orthorexiques s’imposent-elles des règles si strictes ? L’alimentation n’est-elle pas d’abord et avant tout une marque de respect ? Au pays de la gastronomie ces sujets revêtent une acuité particulière et  seront débattus lors des 53e Journées d’Études de l’Association Française des Diététiciens-Nutritionnistes (AFDN) qui se tiendront à Tours du 11 au 13 juin à Tours. 650 participants, diététiciens et professionnels de santé, sont attendus.

Extraits d’intervention

Dans un contexte économique en crise, les dépenses alimentaires qui représentent traditionnellement 10% du budget global des français, sont en diminution et représentent 6 € en moyenne par jour et par français. Une étude de l’INPES (1) montre qu’en dessous  d’un seuil critique de 3,5 € par personne et par jour, les règles d’une alimentation variée et équilibrée ne peuvent être respectées. Or même avec de tout petits moyens, il est possible de manger sain. Florence Foucaut, diététicienne nutritionniste, livrera quelques trucs, astuces et outils. Il sera aussi question d’OCNI, ces objets comestibles non
identifiés.
Qui sont les personnes orthorexiques ? Personnalités à tendance obsessionnelle issues des classes sociales supérieures, elles ont le temps et les moyens de prendre soin de leur santé et de leur ligne. Comme pour la consommation de compléments alimentaires, on constate une large prédominance féminine : 80 % d’entre elles sont des femmes, souvent d’anciennes personnes anorexiques qui transforment leurs restrictions quantitatives en hyper-vigilance qualitative. Le Dr Bernard Waysfeld, médecin nutritionniste et psychiatre présentera son expérience de prise en charge de ces personnes éprises de pureté et de perfection absolues
Pour Magali Pons, cadre de santé diététicienne, le respect est au coeur de l’alimentation "En toutes circonstances, le respect est au coeur de l’alimentation : le respect des habitudes et des besoins dans le cadre d‘un projet nutritionnel élaboré en concertation avec les personnes, le respect de leur identité et de leur liberté dans le cadre d’une véritable éthique du soin.
Au programme, une 20aine d’interventions autour de « l’alimentation de la petite enfance à l’adolescence », « éthique et nutrition », « quelle nutrition pour la personne âgée fragile ? » « la recherche de la qualité nutritionnelle».
Pour en savoir plus http://je.afdn.org/
Qu’est-ce qu’un diététicien
Conseiller, éducateur, rééducateur et thérapeute, le diététicien dispense des conseils nutritionnels et, sur prescription médicale, participe à l’éducation et à la rééducation nutritionnelle des patients atteints de troubles du métabolisme ou de l’alimentation, par l’établissement d’un bilan diététique personnalisé et une éducation diététique adaptée ». (Art. L 4371-1 de la Loi n° 2007-127 du 30 janvier 2007).
Le diététicien sait élaborer une alimentation équilibrée, de qualité, adaptée aux situations nutritionnelles de chaque individu et aux habitudes alimentaires de chacun grâce à sa connaissance approfondie des besoins nutritionnels des individus et des groupes de personnes, des processus physiologiques, des états pathologiques, des nutriments et aliments. Il connaît l’impact que peut avoir la nutrition sur la santé, et réciproquement toutes les pathologies sur lesquelles l’alimentation peut avoir un impact.
Qu’est-ce qu’un nutritionniste
C’est une personne ayant une compétence en nutrition. Habituellement attribuée aux médecins, cette expertise peut être élargie à tout professionnel de santé impliqué. Les diététiciens ont décidé de s’adjoindre ce qualificatif afin de marquer leur expertise naturelle dans ce domaine.
L’Association Française des Diététiciens-Nutritionnistes (AFDN)
1ère organisation professionnelle française de diététiciens nutritionnistes, l’AFDN rassemble 2 800 diététiciens : hospitaliers, salariés des collectivités publiques, territoriales (communes, communautés de communes, départements, régions), salariés du secteur privé (services à domicile, restauration collective), libéraux. Elle est à l’origine de la reconnaissance des diététiciens comme professionnels de santé (en 2007).
Ses missions : fédérer et représenter la profession, accompagner les diététiciens dans l’exercice de leurs pratiques et animer son réseau d’adhérents. Membre actif de réseaux professionnels internationaux, elle participe aux comités de suivi du PNNS (Plan national nutrition santé) et du PNA (Plan national alimentation). À ce titre, elle participe en tant que partenaire et expert national, européen et international aux décisions concernant la profession ainsi qu’aux orientations de santé publique en matière d’alimentation-nutrition.
Site web : www.afdn.org
1 Étude « Manger équilibré pour 3,5 euros par jour : un véritable défi » de Nicole Darmon, Chercheur en nutrition, UMR Inra/Inserm, Université Aix-Marseille

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.