Avec la création de l'Espace naissance au sein du pôle de Gynécologie-Obstrétrique du CHU de Hautepierre, le personnel hospitalier a voulu donner une dimension nouvelle à la qualité de l'accueil. Le Professeur Nisand et son équipe ont retenu un projet artistique et culturel comme moyen d'accompagner et de valoriser leur réflexion sur l'engagement qu'implique une naissance et sur sa traduction institutionnelle dans la prise en charge de la mère et du couple.

Avec la création de l’Espace naissance au sein du pôle de Gynécologie-Obstrétrique du CHU de Hautepierre, le personnel hospitalier a voulu donner une dimension nouvelle à la qualité de l’accueil. Le Professeur Nisand et son équipe ont retenu un projet artistique et culturel comme moyen d’accompagner et de valoriser leur réflexion sur l’engagement qu’implique une naissance et sur sa traduction institutionnelle dans la prise en charge de la mère et du couple.

Un premier partenariat avec le Fonds Régional d’Art Contemporain (FRAC) Alsace a donné lieu à la présentation d’oeuvres contemporaines dans le couloir des salles d’accouchements. A l’origine de ces expositions, un travail en prise directe avec la vie de l’établissement hospitalier : Le choix des oeuvres est le fruit de rencontres entre un des personnels du service de gynécologie obstétrique et des professionnels du FRAC. Parallèlement, des actions d’informations et de sensibilisations sont réalisées en direction des usagers -tout à la fois les personnels, les patients et les visiteurs – qui vivent au quotidien la présence de l’art.

Ce premier pas vers la création contemporaine a incité l’équipe soignante et médicale à s’engager davantage en faveur d’une présence artistique pérenne notamment dans un espace regroupant une salle à manger pour les patientes et deux pièces dédiées l’une au bain, l’autre à l’allaitement (anciennement trois anciennes chambres ou pouponnières). C’est l’artiste plasticienne Ilana Isehayek en collaboration avec l’atelier d’architecture strasbourgeois «fou du roi », qui a été choisie par le comité d’experts et le groupe de travail de la commande publique de la Délégation aux Arts Plastiques du Ministère de la Culture et de la Communication.

Leur intervention n’a rien d’anodin. Leur travail est déterminé par ce que ce que pourrait – ce que devrait – être une partition commune entre un bâtiment et une oeuvre d’art commanditée. Pour eux, un lieu qui remplit les fonctions de vivre, soigner, transmettre, partager, doit faciliter la relation entre la parturiente, sa famille et les professionnels hospitaliers. L’artiste a choisi de partir des thématiques qu’elle développe depuis plusieurs années et qui sont en résonance avec le service de gynécologie obstétrique : l’eau et l’arbre comme « source de vie ». L’un pousse, l’autre coule mais tous deux portent la mémoire. Ces mots trouvent leurs traductions dans les grandes oeuvres sérigraphiques sur verre qui prennent place dans l’espace de transmission ainsi que dans la salle à manger. Un anneau, symbole de l’engagement, de l’alliance et de la rencontre des communautés se déploie dans le couloir.

En dialogue avec le design de l’espace et du mobilier, l’intervention artistique permet ainsi de créer un espace traduisant, valorisant et légitimant une démarche professionnelle globale.

Aux côtés des Hôpitaux Universitaires de Strasbourg, les partenaires de ce projet dans la conception et la réalisation sont : le ministère de la culture et de la communication, la DRAC Alsace, la Communauté Urbaine de Strasbourg, le Département du Bas-Rhin, la Région Alsace, ainsi que de nombreux mécènes : les laboratoires Blédina, Exelgyn, Ferring, Guigoz, Organon, et l’entreprise GE Health – Technologies Ultrasound.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.