L’art passe « à table» : Philéas parle aux Nantais

Voici quelques mois, au sortir de leur boulangerie ou de leur boucherie, les nantais portaient leurs achats dans un emballage plutôt inhabituel ! Même étonnement au restaurant où d’étranges sets de table peints avec du vin et du café décoraient les tables… Ces "surprises" étaient préparées dans la plus grande discrétion au centre Phileas-Fogg par une quinzaine d'adultes sous l'impulsion créative d'Emilie Lemoine, artiste. Après 14 rendez-vous, 18 heures de création, 48 kilos de papier et environ 11 600 imprimés et une vingtaine de commerçants et restaurants complices, ils étaient partis à l’assaut de Nantes.

Voici quelques mois, au sortir de leur boulangerie ou de leur boucherie, les nantais portaient leurs achats dans un emballage plutôt inhabituel !  Même étonnement au restaurant où d’étranges sets de table peints avec du vin et du café décoraient les tables… Ces "surprises" étaient préparées dans la plus grande discrétion au centre Phileas-Fogg par une quinzaine d’adultes sous l’impulsion créative d’Emilie Lemoine, artiste. Après 14 rendez-vous, 18 heures de création, 48 kilos de papier et environ 11 600 imprimés et une vingtaine de commerçants et restaurants complices, ils étaient partis à l’assaut de Nantes.
En distribuant eux-mêmes les sets de tables et le papier d’emballage aux magasins proches de chez eux, les patients suivis au Centre de réhabilitation psycho-sociale ont pu faire connaître et reconnaître leur création à un vaste public, tout en s’inscrivant dans une dynamique de quartier. Quant aux restaurateurs et les commerçants, ils ont pu apprécier la créativité de ces personnes et découvrir les petits centres satellites du CHU de Nantes, éclatés dans la ville et loin des gros sites hospitaliers qu’ils identifient très bien. 
Un compte Facebook a été créé pour l’occasion :  Philéas parle aux nantais.  
Emilie n’était pas à son coup d’essai ; elle avait déjà travaillé avec les patients et les soignants du centre Philéas Foog en 2013 sur un projet intitulé le grand déménagement où il était déjà question de dessins et de papier ! 

Ce projet a bénéficié d’une subvention de la Ville de Nantes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.