L’art passe « à table» : Philéas parle aux Nantais

Voici quelques mois, au sortir de leur boulangerie ou de leur boucherie, les nantais portaient leurs achats dans un emballage plutôt inhabituel ! Même étonnement au restaurant où d’étranges sets de table peints avec du vin et du café décoraient les tables… Ces "surprises" étaient préparées dans la plus grande discrétion au centre Phileas-Fogg par une quinzaine d'adultes sous l'impulsion créative d'Emilie Lemoine, artiste. Après 14 rendez-vous, 18 heures de création, 48 kilos de papier et environ 11 600 imprimés et une vingtaine de commerçants et restaurants complices, ils étaient partis à l’assaut de Nantes.

Voici quelques mois, au sortir de leur boulangerie ou de leur boucherie, les nantais portaient leurs achats dans un emballage plutôt inhabituel !  Même étonnement au restaurant où d’étranges sets de table peints avec du vin et du café décoraient les tables… Ces "surprises" étaient préparées dans la plus grande discrétion au centre Phileas-Fogg par une quinzaine d’adultes sous l’impulsion créative d’Emilie Lemoine, artiste. Après 14 rendez-vous, 18 heures de création, 48 kilos de papier et environ 11 600 imprimés et une vingtaine de commerçants et restaurants complices, ils étaient partis à l’assaut de Nantes.
En distribuant eux-mêmes les sets de tables et le papier d’emballage aux magasins proches de chez eux, les patients suivis au Centre de réhabilitation psycho-sociale ont pu faire connaître et reconnaître leur création à un vaste public, tout en s’inscrivant dans une dynamique de quartier. Quant aux restaurateurs et les commerçants, ils ont pu apprécier la créativité de ces personnes et découvrir les petits centres satellites du CHU de Nantes, éclatés dans la ville et loin des gros sites hospitaliers qu’ils identifient très bien. 
Un compte Facebook a été créé pour l’occasion :  Philéas parle aux nantais.  
Emilie n’était pas à son coup d’essai ; elle avait déjà travaillé avec les patients et les soignants du centre Philéas Foog en 2013 sur un projet intitulé le grand déménagement où il était déjà question de dessins et de papier ! 

Ce projet a bénéficié d’une subvention de la Ville de Nantes.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.