Au plafond Gazopago, l’île des imaginaires où l’on embarque pour un voyage en hypnoanalgésie

Patrick Gobour, décorateur médical, intervient depuis avril en oncologie pédiatrique au CHU de Nantes avec les enfants sur un projet de décoration du plafond de la salle de soins. Allongé pour ses soins, le jeune patient découvre au-dessus de lui un nouveau décor qui l'invite à un voyage imaginaire. Au cours de cette échappée poétique, il arrive à mieux contrôler sa douleur qu'elle soit aiguë ou chronique ou à mieux vivre une situation de soin anxiogène. Cette initiative relève à la fois de l’hypnoanalgésie et de la distraction, deux approches non médicamenteuses de prise en charge de la douleur.

Patrick Gobour, décorateur médical, intervient depuis avril en oncologie pédiatrique au CHU de Nantes avec les enfants sur un projet de décoration du plafond de la salle de soins. Allongé pour ses soins, le jeune patient découvre au-dessus de lui un nouveau décor qui l’invite à un voyage imaginaire. Au cours de cette échappée poétique, il arrive à mieux contrôler sa douleur qu’elle soit aiguë ou chronique ou à mieux vivre une situation de soin anxiogène. Cette initiative relève à la fois de l’hypnoanalgésie et de la distraction, deux approches non médicamenteuses de prise en charge de la douleur. 
Marqué par de nombreux séjours à l’hôpital depuis son enfance, Patrick Gobour, 49 ans, est resté sensible à l’univers hospitalier notamment pour les plus jeunes. Devenu architecte d’intérieur et décorateur médical, il s’engage sur des projets destinés à dédramatiser les soins chez l’enfant. Le concept Gazopago :  concevoir des dalles standardisées mais dont les motifs et les couleurs ont été imaginés par les enfants. Ces morceaux de puzzle grand format sont accrochées au plafond de la chambre, de la salle de soins ou de réveil… Ils remplacent les dalles blanches et sans âme posées au km dans les bâtiments hospitaliers. 
Patrick rencontre auparavant les enfants hospitalisés pour animer plusieurs ateliers de dessins. Guidés par l’artiste, les enfants donnent libre cours à leur imagination. Les dessins sont ensuite numérisés et servent à la fabrication des nouvelles dalles très faciles à poser car amovibles, légères, souples et interchangeables. Côté fabrication, il aura fallu au concepteur 20 ans de réflexion et l’aide de son fils, ingénieur à la Nasa, pour trouver techniques et matériaux qui sont aussi utilisés dans l’aviation et l’aérospatiale.  Aujourd’hui, les plaques personnalisées aux dimensions standardisées ont déjà séduit 55 établissements en France.
L’association Le lien d’Antoine
Ce projet est financé par l’association Le lien d’Antoine qui œuvre auprès des enfants malades atteints de cancer. Les fondateurs de l’association, concernés de près par la maladie de leur enfant Antoine atteint d’un cancer, signent un nouveau décor pour distraire le quotidien des enfants malades.

www.leliendanstoine.org / leliendantoine@hotmail.fr

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

A Lyon, l’IA prédit désormais des résultats d’essais cliniques

Le 11 septembre dernier, le groupe pharmaceutique AstraZeneca a publié les résultats d’un essai clinique sur un traitement pour soigner le cancer du poumon. Jusqu’ici, tout paraît à peu près normal. Ce qui l’est moins : trois jours avant cette publication, une intelligence artificielle a permis de prédire avec justesse les résultats de ce même essai. Une grande première au niveau mondial.

Dossier : l’Accident Vasculaire Cérébral (AVC)

L’Accident Vasculaire Cérébral touche 150 000 personnes par an. Responsable de 110 000 hospitalisations selon le ministère de la santé, cet arrêt soudain de la circulation sanguin à l’intérieur du cerveau représente la troisième cause de décès chez l’homme et deuxième chez la femme, soit au total 30 000 décès par an. En France, plus de 500 000 Français vivent avec des séquelles suite à un AVC.

AVC : la promesse d’une prise en charge en moins de dix minutes

Les conséquences d’un Accident Cardiovasculaire (AVC) peuvent être lourdes, voire fatales. Première cause de dépendance et troisième cause de mortalité en France, cette pathologie due à une mauvaise irrigation du cerveau fait de plus en plus de victimes. Face à cette réalité alarmante, le CHU de Montpellier a annoncé fin août la mise en place d’un nouveau plateau technique offrant aux patients un parcours de soins optimisé. Et de promettre désormais une “prise en charge en neuf minutes”.

Coup d’oeil sur le métier d’infirmière formatrice

Isabelle Teurlay-Nicot est infirmière formatrice auprès des aides-soignants à l’IMS (Institut des Métiers de la Santé) du CHU de Bordeaux. Un métier qui ne se limite pas seulement à la notion d’apprentissage. En juillet dernier, elle a accepté de revenir sur cette profession ou se mêlent expertise médicale et pédagogie.

Hépatite C : à Strasbourg, Frédéric Chaffraix dirige le service qui l’a soigné

C’est tout près de l’hôpital Civil (Hôpitaux Universitaires de Strasbourg) que nous avons croisé la route de Frédéric Chaffraix, Responsable du Service Expert de Lutte contre les Hépatites Virales en Alsace (SELHVA). Ce service, l’homme de 42 ans le connaît bien. Car avant d’en prendre la tête – lui qui n’est pas médecin -, Frédéric l’a côtoyé en tant que patient, après avoir vécu vingt-trois ans, et sans le savoir, avec le virus de l’hépatite C. Rencontre.