L’artiste, médiateur entre Dehors-Dedans

Le parc paysager du site de Saint-Barthélémy-d’Anjou invite les résidents du département de soins de suite et de longue durée à la promenade et à l'évasion au rythme des saisons. Durant 6 mois, la plasticienne Nathalie Dubois les a suivis au cœur de ce vaste jardin : « Le point de vue se place depuis la nature – fut-elle très apprivoisée-, vers le centre de soins de suite. On ne part pas de l’intérieur, c’est le dehors qui rentre dans l’intimité de ce lieu. Ce serait le point de départ. La Nature.»
Le parc paysager du site de Saint-Barthélémy-d’Anjou invite les résidents du département de soins de suite et de longue durée à la promenade et à l’évasion au rythme des saisons. Durant 6 mois, la plasticienne Nathalie Dubois les a suivis au cœur de ce vaste jardin : « Le point de vue se place depuis la nature – fut-elle très apprivoisée-, vers le centre de soins de suite. On ne part pas de l’intérieur, c’est le dehors qui rentre dans l’intimité de ce lieu. Ce serait le point de départ. La Nature.»

L’exposition "Dehors-Dedans" présente des dessins et des fragments de la nature collectés par les patients, leurs proches, les hospitaliers ou lors de promenades en groupe. Ces trophées rapportés de l’extérieur sont réinterprétés. Une branche d’acacia, tout juste coupée par l’équipe des espaces verts, fait son entrée dans l’atelier. L’artiste la réanime en la parant de feuilles coupées dans de la gaze. Les chardonnerets entendus par la fenêtre entrent dans le service sous la forme de petites silhouettes découpées dans d’anciennes radiographies. Les arbres du site s’invitent sur les murs de l’espace de création, dessinés à la mine de plomb ou colorés à la chlorhexidine ; ces mêmes arbres qui avaient été identifiés par les patients à l’occasion d’une excursion avec l’artiste dans le parc. Au fil des mois et, parfois, avec des objets du « dedans », Nathalie Dubois réinvestit le « dehors ». Telle une fresque contemporaine, les murs de son atelier recréent la nature environnante, celle que perçoivent les hospitaliers, les patients et leurs proches.

L’exposition ouverte à tous a été réalisée en partenariat avec le Collectif Blast. L’artiste poursuivra son travail de création à Angers en bénéficiant de la mise à disposition d’un atelier pour deux ans.
Et pour prolonger la visite se promener sur le site de Nathalie Dubois

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.