L’ARTT une volonté nationale, un défi local

Jean le Camus, Directeur Général, consacre l'éditorial du n°60 d' « A l'heure H », journal interne du CHU d'Angers, au débat suscité par l'Aménagement et la Réduction du Temps de Travail dans son établissement.

Jean le Camus, Directeur Général, consacre l’éditorial du n°60 d’ « A l’heure H », journal interne du CHU d’Angers, au débat suscité par l’Aménagement et la Réduction du Temps de Travail dans son établissement. Il explique que la mise en place des 35 heures renvoie aux questions fondamentales de revalorisation des effectifs et de leur répartition. Il rappelle également que si la décision de cette mesure sociale a été prise au niveau national, c’est son application locale qui en déterminera le succès ou& l’échec mais celui-ci n’est pas permis.


« Le citoyen hospitalier & se trouve par la nature même de son travail, toujours confronté à une inadéquation entre ses obligations et exigences professionnelles et le temps disponible pour les accomplir, d’où le besoin d’être plus nombreux pour faire face à une tâche sans limites. C’est cela son principal souci et c’est la réalité du terrain (&)

La revalorisation des effectifs reste bien le coeur de la question : préoccupation commune à tous les partenaires sociaux, elle continue cependant à les partager. En effet, les divergences sur le « Quand », le « Combien », le « tout de suite » et le « plus tard » subsistent.
(&) Au niveau d’un établissement, à côté de la revendication naturelle et indispensable au progrès social, l’objectif doit d’abord être celui de la meilleure et de la plus équitable répartition des effectifs supplémentaires obtenus. Tâche ardue, de longue haleine et forcément frustrante, mais qui constitue une obligation collective que nous devons mener à bien.

Nous espérons tous qu’un meilleur équilibre entre obligations / satisfactions professionnelles et qualité de vie sera atteint. Faudra-t-il pour cela faire de nouveaux choix au niveau de la nation et de la politique de santé ? Quoi qu’il en soit, c’est au niveau local que reviendra toujours la responsabilité de la mise en oeuvre des moyens et celle de l’organisation.(&) »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.