L’ARTT une volonté nationale, un défi local

Jean le Camus, Directeur Général, consacre l'éditorial du n°60 d' « A l'heure H », journal interne du CHU d'Angers, au débat suscité par l'Aménagement et la Réduction du Temps de Travail dans son établissement.

Jean le Camus, Directeur Général, consacre l’éditorial du n°60 d’ « A l’heure H », journal interne du CHU d’Angers, au débat suscité par l’Aménagement et la Réduction du Temps de Travail dans son établissement. Il explique que la mise en place des 35 heures renvoie aux questions fondamentales de revalorisation des effectifs et de leur répartition. Il rappelle également que si la décision de cette mesure sociale a été prise au niveau national, c’est son application locale qui en déterminera le succès ou& l’échec mais celui-ci n’est pas permis.


« Le citoyen hospitalier & se trouve par la nature même de son travail, toujours confronté à une inadéquation entre ses obligations et exigences professionnelles et le temps disponible pour les accomplir, d’où le besoin d’être plus nombreux pour faire face à une tâche sans limites. C’est cela son principal souci et c’est la réalité du terrain (&)

La revalorisation des effectifs reste bien le coeur de la question : préoccupation commune à tous les partenaires sociaux, elle continue cependant à les partager. En effet, les divergences sur le « Quand », le « Combien », le « tout de suite » et le « plus tard » subsistent.
(&) Au niveau d’un établissement, à côté de la revendication naturelle et indispensable au progrès social, l’objectif doit d’abord être celui de la meilleure et de la plus équitable répartition des effectifs supplémentaires obtenus. Tâche ardue, de longue haleine et forcément frustrante, mais qui constitue une obligation collective que nous devons mener à bien.

Nous espérons tous qu’un meilleur équilibre entre obligations / satisfactions professionnelles et qualité de vie sera atteint. Faudra-t-il pour cela faire de nouveaux choix au niveau de la nation et de la politique de santé ? Quoi qu’il en soit, c’est au niveau local que reviendra toujours la responsabilité de la mise en oeuvre des moyens et celle de l’organisation.(&) »

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de la Réunion, se préparer au cyclone

Au cours de la nuit du 20 au 21 février dernier, l’île de la Réunion a évité le choc qu’aurait pu causer le cyclone baptisé Freddy, finalement passé à environ 190 km de ses côtes. Face à l’alerte orange, le CHU de la Réunion a lancé son plan cyclone pour anticiper les conséquences d’une potentielle catastrophe. Retour sur les mesures mises en place.

MARADJA, une décennie à accompagner les jeunes atteints de cancers

En France, environ neuf cent adolescents (15-18 ans) et mille quatre cent jeunes adultes (18-25 ans) sont touchés chaque année par le cancer. Au CHU de Bordeaux, un lieu particulier leur est destiné, MARADJA (Maison Aquitaine Ressources pour Adolescents et Jeunes Adultes), qui fête ses dix ans. Nous y avons rencontré Lucile Auguin, traitée à vingt-trois ans pour une leucémie aiguë.

Lactarium Raymond Fourcade, la page se tourne à Bordeaux

Le 5 décembre dernier, sur le site de l’hôpital Haut-Lévêque (Pessac), était posée la première pierre du futur Lactarium Raymond Fourcade. Le projet qui sera livré l’an prochain, 1200 m2 de bâti neuf doté d’équipements dernier cri, doit venir “conforter la place du CHU de Bordeaux comme le plus important lactarium au niveau national” ; et prendre le relais de l’actuel site de production basé à Marmande (Lot-et-Garonne), en fonctionnement depuis près d’un demi-siècle et que le CHU avait acquis en 2012.

Dr Jean-Victor Blanc : « On sort des tabous qui ont trop longtemps englobé les troubles psychiques »

Changer le regard du grand public sur la santé mentale. C’est la mission que s’est donné Jean-Victor Blanc, psychiatre à l’hôpital Saint Antoine à Paris et auteur du livre Pop & Psy. Et pour déstigmatiser et sensibiliser le plus grand nombre aux troubles psychiques, quoi de plus accessible que d’utiliser les films et les séries. Rencontre.