L’avènement de l’hôpital éco-citoyen : 3 CHRU à l’honneur

Les awards hospitaliers du développement durable et les résultats du 2ème Baromètre du développement durable ont été rendus publics à l'occasion de la journée « Grenelle de l'Environnement et l'Hôpital », le 28 avril 2009. Sur le podium, 3 CHRU : l'Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille, le CHU de Montpellier, le CHR Félix Guyon de la Réunion récompensés pour leur initiative en matière d'achats durables, de transports et de management. Une manifestation signée PG promotion en partenariat avec la FHF et la FEHAP. Voir les vidéos...

Les awards hospitaliers du développement durable et les résultats du 2ème Baromètre du développement durable ont été rendus publics à l’occasion de la journée « Grenelle de l’Environnement et l’Hôpital », le 28 avril 2009. Sur le podium, 3 CHRU : l’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille, le CHU de Montpellier, le CHR Félix Guyon de la Réunion récompensés pour leur initiative en matière d’achats durables, de transports et de management. Une manifestation signée PG promotion en partenariat avec la FHF et la FEHAP…

Les awards du développement durable

L’Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille (APHM) a reçu deux awards, l’un pour sa démarche globale en faveur du développement durable l’autre pour ses achats écoresponsables. En effet, l’AP-HM retient les critères éco responsables dans ses appels d’offres. En partenariat avec la Chambre de Commerce et d’Industrie, l’AP-HM évaluera sa politique d’achats responsables. Le jury a apprécié la volonté de l’établissement d’intégrer le respect de l’environnement à la culture des hospitaliers. Les thèmes prioritaires étant la gestion des déchets, de l’eau, de l’énergie, la politique d’achats responsables. L’accent est mis sur la récupération, la limitation de consommation de papier, de cartonnage…

Voir la vidéo : http://www.youtube.com/v/JKCmwUmF0FQ&hl=fr&fs=1
Le CHU de Montpellier a été distingué pour les différentes mesures prises afin de diminuer l’impact environnemental des transports : mise en place d’un plan de déplacement d’entreprise, achats de véhicules et scooters électriques, parc à vélos, négociation avec l’organisme de transports en commun, plan de circulation et de stationnement, incitation au covoiturage (parkings dédiés, site internet …). Le CHU est aussi très innovant en matièrede déchets et de communication. Il a notamment publié un guide de l’éco-patient et un manuel de l’éco-hospitalier<object width="500" height="340"><param name="movie" value="http://www.youtube.com/v/urG96Z6D9VE&hl=fr&fs=1"></param><param name="allowFullScreen" value="true"></param><param name="allowscriptaccess" value="always"></param><embed src="http://www.youtube.com/v/urG96Z6D9VE&hl=fr&fs=1" type="application/x-shockwave-flash" allowscriptaccess="always" allowfullscreen="true" width="500" height="340"></embed></object>Avec l’agence régionale de l’énergie de la Réunion, le CHR Felix Guyon a défini une stratégie énergétique 2008-2025 et a arrêté un plan d’actions à court, moyen et long terme dans le cadre d’une politique de maitrise des énergies et de développement des énergies renouvelables. Le développement durable est une dimension à part entière de la stratégie de ce CHR. Cette démarche globale en faveur des économies d’énergie, a été plebicitée par le jury.
Voir la vidéo : www.youtube.com/v/GcDKy-MeLsA&hl=fr&fs=1
Autres prix attribués Construction- rénovation : Hôpital Ambroise Paré Marseille (Bouches du Rhône) – FEHAPEau et Energie : Hôpital Local Prades (Pyrénées orientales)Déchets : CH Dôle (Jura)Mention spéciale à l’hôpital St Joseph de Marseille pour la rubriquecommunication/formationAwards par statut CH Hospices Civils Colmar (Haut‐rhin)CHS St Gemmes sur Loire (Maine et Loire)HL Ernée (Mayenne)PSPH Ambroise Paré – Marseille (Bouches du Rhône)Les CHU de Brest et Nantes ont été nominés dans les différentes catégories.Les enseignements du 2ème Baromètre du développement durable L’édition 2009 du baromètre du développement durable en établissement de santé témoigne de l’engagement des établissements en faveur du respect et de la protection de l’environnement. Mais l’implication éco-citoyenne trouve ses limites dans les contraintes budgétaires et réglementaires qui entament leurs marges de manoeuvre. Cette étude, menée en partenariat avec de l’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique et l’association de ses étudiants, a été envoyée en décembre 2008 aux 1700 les directeurs d’hôpitaux publics et privés non lucratifs (près de 1700 établissements). 10% ont répondu et parmi eux 16 CHU soit la moitié des hôpitaux universitaires. Ce retour a permis d’apprécier la sensibilité au développement durable des établissements de santé.Premier constat : le nombre d’hôpitaux ayant intégré des programmes stratégiques d’actions de développement durable a presque triplé entre 2008 et 2009 passant de 10% à 27% !Ces programmes concernent aussi bien la sensibilisation du patient ou de l’hospitalier à l’enjeu écologique que les politiques d’achatPolitiques d’achats37% des établissements hospitaliers tiennent compte des principes de responsabilité sociale et environnementale lors du choix des fournisseurs.59% d’entre eux ont introduit des critères liés au développement durable dans les cahiers des charges rédigés à l’occasion des appels d’offres ; ces critères concernent par ordre de classement les opérations de construction et de rénovation immobilières (46%), les fournitures hôtelières (29%), les prestations de services (25%), les fournitures de bureau (24%), l’alimentation (22%) et enfin, les équipements biomédicaux (14%).Priorité également à la réduction d’eau et d’énergie. 54% des établissements déclarent avoir mis en oeuvre des actions visant à réduire la consommation d’énergie en privilégiant les solutions innovantes : cogénération, solaire, bois, propane et géothermie. Le recours au gaz naturel apparaît toutefois comme la solution privilégiée des établissements (46%).La moitié des répondants réduit sa consommation en eau en investissant notamment daNS l’achat d’économiseurs d’eau (38%), et sensibilisant les personnels aux gestes d’économie d’eau (25%). De nombreux établissements ont programmé d’ambitieux programme de construction et de rénovation qui respectent la démarche Haute Qualité Environnementale (HQE) . Et plus de la moitié des maîtres d’ouvrage (54%) imposent un tri sélectif des déchets de chantier dans les cahiers des charges, selon les critères “chantiers propres“.Le tri sélectif des déchets 44% des établissements répondants produisent moins de 500 tonnes de déchets par an. 18% en produisent entre 500 et 1000 tonnes et quasiment tous organisent un tri sélectif des déchets recyclables. La moitié d’entre eux organisent au moins 8 filières de tri, 36% de 5 à 7 filières et seulement 14% d’entre eux qui organisent moins de 5 filières.Cependant, les établissements ne se conforment pas encore à toutes les obligations en matière de tri des déchets. La filière réglementaire relative aux piles usagées est la mieux respectée avec 90% des établissements déclarant l’organiser.Au contraire, les établissements sont moins nombreux à respecter l’obligation d’éliminer par une filière adéquate :- les déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE) (72%), peut être en raison du moindre recul de la législation (décret de 2005) ;- les consommables informatiques (85%) ; – les huiles alimentaires usagées (76%).Pour les filières de tri non obligatoires, la participation des établissements est variable mais en nette progression par rapport à 2008 : 80% des établissements déclarent trier le papier et le carton (58% en 2008), 69% les déchets végétaux, 56% le verre et 34% le plastique.Traitement des effluents : des progrès à faire Le traitement des effluents n’est pas encore généralisé : 40% des établissements déclarent traiter leurs effluents liquides et seulement 13% les gazeux. Le coût de ce type d’installation justifie probablement leur faible nombre.Les déchets d’activité de soins à risque infectieux (DASRI) Seulement 6% des établissements de santé assurent eux-mêmes le prétraitement de leurs DASRI. Une très large majorité des établissements de santé (85%) les confie à des entreprises privées.Transports : 24% des établissements de santé encouragent de manière institutionnelle leur personnel à avoir recours aux transports en commun et 32% au covoiturage. De même, l’achat de véhicules éco-responsables reste minoritaire (27%).En 2009, le plan de déplacement d’entreprise (PDE) a séduit 17% des établissements (contre seulement 11% en 2008), parmi lesquels, 56% déclarent encourager l’utilisation des transports en commun et 59% le covoiturageLes Partenaires de la journée «Grenelle de l’Environnement et l’Hôpital : Quels enjeux ? Quelle mise en oeuvre ?»Ministère de la santé, de la jeunesse et des sportsMinistère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de l’aménagement du territoire (MEEDAT)ADEME : Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’EnergieFHF : Fédération Hospitalière de FranceFEHAP : Fédération des Etablissements Hospitaliers et d’Aide à la PersonneEHESP et EHESP + : L’Ecole des Hautes Etudes en Santé Publique (L’EHESP) et l’association des étudiants de l’école,l’EHESP+.INITIAL BtB : société spécialisée dans la location-entretien d’équipements textiles et d’hygiène sanitaire,

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.