L’avenir de la recherche passe par sa professionnalisation

Conscient de son retard, le CHU de Caen veut mobiliser toutes les énergies autour d'une stratégie scientifique commune.

Conscient de son retard, le CHU de Caen veut mobiliser toutes les énergies autour d’une stratégie scientifique commune.

Le retard de Caen
La compétitivité nationale médicale et scientifique amène Caen à se situer par rapport aux autres CHU mais l’établissement souffre d’un manque de postes médicaux, 50 par rapport au CHU d’Amiens, 100 par rapport au CHU de Rouen. Côté UFR de médecine, le déficit hospitalo-universitaire s’élève à 15 emplois de professeurs, 2 maîtres de conférences et à 19 chefs de clinique-assistants. A cette pénurie s’ajoutent l’absence de culture de recherche, parfois d’intérêt et de temps pour mener des études, les susceptibilités individuelles et les enjeux sous évalués qui ont contribué au manque de lisibilité et de visibilité de la recherche clinique. Malgré ces handicaps la recherche clinique caennaise connaît une progression régulière depuis quatre ans.

Etat des lieux de la recherche caennaise
Pour 2002/2003, on compte 69 articles en langue française et 217 en langue anglaise, (80 pour les laboratoires, 137 pour les services cliniques). Certains services ont multiplié par 8 leurs publications.
En 2004, la direction de la recherche clinique gérait 478 contrats. 28 équipes (69% biologiques, 31% cliniques) ont déclaré une activité de recherche soit 122 personnes dont 50 biologistes appartenant à une équipe labellisée universitaire.
44 projets hospitaliers de recherche clinique (PHRC) sont en cours de réalisation. Pour la moitié, les équipes de Caen en étaient les investigateurs principaux. La totalité des PHRC élaborés avec l’unité de recherche clinique a été retenue et financée, 2 nationaux touchant les domaines de l’anesthésiologie, la cardiologie, la chirurgie cardiaque et la réanimation médicale. 6 régionaux concernant la neurologie, la dermatologie, la radiologie interventionnelle, la chirurgie maxillo-faciale et la gynécologie pour un montant total de près d’un million d’euros. Actuellement l’UFR de médecine compte sept équipes d’accueil et cinq équipes labellisées associées au CNRS, à l’INSERM et au CEA.
Enfin, le CHU a créé un annuaire de la recherche disponible sur son site internet. Il fournit les coordonnées de chaque équipe, les thèmes de recherche la production scientifique, les thèses d’université et diplômes d’études approfondies, les PHRC et les collaborations.

La recherche caennaise sur le plan national
Le CHU de Caen représente environ 1% de la recherche clinique française. Celle-ci est principalement dominée par les hôpitaux de l’AP-HP qui réalisent 25% de la production nationale, tandis que les CHU de Bordeaux, Lyon ou Marseille en assurent entre 5 et 8 %.

L’avenir passe par l’engagement des acteurs clés de la recherche clinique et fondamentale autour d’une stratégie scientifique commune. Selon le Pr Jean-Louis Gérard, doyen de l’UFR de médecine «la recherche clinique doit s’intégrer dans le schéma de labellisation quadriennal universitaire ».

La dynamique amorcée par l’établissement peut être confortée par la nouvelle source de financement du G4*. Le CHU de Caen bénéficie aussi du soutien du Conseil Général. Ces atouts, associés à la pérennisation de l’Unité de Recherche Clinique et à la création d’un Institut Fédératif de Recherche, sont des garants d’un avenir favorable pour la recherche clinique et fondamentale caennaise et pour le rayonnement de la mission universitaire du CHU.

La recherche hospitalo-universitaire en France
Avec 29 directions et délégations à la recherche clinique, 31 centres d’investigation clinique, 11 unités de recherche clinique, les CHU s’affirment comme les premiers promoteurs institutionnels de recherche clinique. En 2002 l’Etat a financé près de 500 PHRC et les CHU se sont portés promoteurs de près d’un millier de protocoles pour un engagement financier de 60,6 millions d’euros.

Définitions
La recherche fondamentale vise à comprendre les mécanismes physiologique et/ou physiopathologiques de la maladie et à développer des molécules à visée thérapeutique.
Dans son prolongement, la recherche clinique s’attache à savoir dans quelles mesures ces moyens sont réellement efficaces chez l’homme par l’élaboration et la réalisation d’études financées au moyen de Projets Hospitaliers de Recherche Clinique portant sur l’épidémiologie clinique, la physiopathologie, les stratégies diagnostiques, l’évaluation et les essais thérapeutiques.

* collaboration entre les CHU d’Amiens, de Caen, de Lille et de Rouen

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.