Avec la création par le CHU de Nantes d'un jury citoyen, la loi relative aux droits des malades et à la modernisation du système de santé trouve une déclinaison originale. C'est en effet la première fois qu'un établissement hospitalier public invite un panel d'usagers à participer à l'élaboration de son projet d'établissement. Selon la direction générale, il est devenu indispensable d'associer les usagers à une réflexion stratégique. L'hôpital ne doit-il pas rechercher en permanence à adapter son offre de soins à l'évolution des besoins ? commente Jean-Paul Guérin, Directeur Général.

Faire vivre la démocratie sanitaire

Comment sélectionner un groupe de candides et les initier aux arcanes du fonctionnement du système de santé afin de leur permettre d’énoncer des propositions constructives ?
Le CHU de Nantes a lancé un appel à candidatures par voie de presse, seules conditions : les candidats doivent être âgés de plus de 18 ans, résider dans la région et non professionnels de santé. Sur les 63 réponses reçues, le CHU et la société DIES a retenu onze jurés citoyens, de tous les âges et de tous les horizons. Tous ont fréquenté le CHU au moins une fois et trois sont membres d’associations de malades.
La sélection achevée, les membres du jury ont suivi deux weeks-ends de formation. Le premier fut consacré à la présentation du système de soins, de la politique de l’ARH par son Président Benoît Péricard et le fonctionnement du CHU ainsi que le bilan du précédent projet d’établissement.
Durant le second week-end, le groupe resté seul avec des spécialistes de santé publique était invité à émettre des recommandations. Le jury citoyen a souhaité être assisté par les deux représentant des usages au conseil d’administration du CHU.

La reconnaissance d’une expertise profane

Le savoir des profanes a autant de valeur que celui des scientifiques. Un principe défendu par l’établissement qui reconnaît les usagers comme des acteurs à part entière du système de santé. Et l’expérience de Nantes montre que le dialogue noué avec « l’usager collectif » est porteur d’améliorations concrètes mais aussi d’évolutions plus fondamentales.
Ainsi le jury a-t-il proposé de revoir l’accueil, le stationnement, l’accessibilité et la signalétique car le repérage n’est pas aisé dans les architectures hospitalières.
Concernant le séjour des malades, le groupe a évoqué les nuisances sonores, le rythme des journées, le réveil à 6h30 pour prendre la température?
La scolarisation des enfants, l’hébergement des familles et plus largement l’accompagnement des personnes malades et l’organisation de leur retour et de leur suivi à domicile figurent aussi au rang de leurs préoccupations.
Enfin, pour associer réellement les personnes malades à la vie de l’établissement, le jury a proposé la création d’une maison des usagers.

La Maison des usagers

Ce lieu aurait pour vocation de faciliter les échanges entre malades et professionnels. Sa gestion pourrait être confiée à un collectif d’associations et de particuliers. Il s’agit d’une innovation importante dont la faisabilité est déjà à l’étude.

Comme il s’était engagé à le faire, le CHU va intégrer l’ensemble de ces propositions au projet d’établissement 2003-2007

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.