Le 1er Comité de la Recherche Biomédicale et de Santé Publique

Première réunion du Comité de la Recherche Biomédicale et de Santé Publique (CRBSP).

Le Directeur général de l’INSERM Christian BRECHOT sera en visite à Nice le 23 mars pour une journée de rencontres et entretiens avec les responsables des unités de recherche INSERM, du CHU de Nice et de l’Université Nice Sophia Antipolis. A cette occasion se tiendra la première réunion du Comité de la Recherche Biomédicale et en matière de Santé Publique (CRBSP) – premier de France – constitué des représentants des institutions suivantes :
– Le CHU de Nice
– L’Université Nice Sophia Antipolis
– Les Etablissements publics à caractère scientifique et technologique (EPST) :
o l’INSERM
o l’INRIA
o le CNRS

Cette première réunion du CRBSP sera notamment l’occasion pour l’Université Nice Sophia Antipolis d’exposer les thématiques majeures liées aux domaines de la recherche et des Sciences de la Vie et de la Santé au sein de l’Université ainsi que les travaux de recherche menés par les enseignants-chercheurs et les laboratoires de recherche dans les domaines de pointe de la recherche
médicale : Projets en recherche clinique et recherche fondamentale, recherche biomédicale et en santé publique, sur l’ensemble du site de la Faculté de Médecine, en coordination avec le CHU.

Le Président du Comité sera élu au cours de cette journée de rencontres. La Faculté de Médecine de l’Université Nice Sophia Antipolis et le CHU de Nice sont liés par convention définissant les centres hospitaliers et universitaires.

La création du CRBSP fait suite au Décret du 7 novembre 2006 publié au Journal Officiel, selon lequel chaque centre hospitalier universitaire (CHU) doit mettre en place d’ici mai 2007 un comité de la recherche en matière biomédicale et de santé publique en liaison avec les universités et les EPST.

Le comité sera notamment chargé de « veiller à la coordination des activités de recherche exercées par les établissements et organismes qui le composent ou qui lui sont associés ». Il sera consulté sur les projets concernant « les modifications et le renouvellement de la convention » signée entre l’Université et le CHU et sur les « conventions d’association » conclues par les universités et par les CHU, agissant conjointement, avec d’autres établissements de santé ou organismes publics ou privés susceptibles d’être associés aux travaux de recherche.

Le comité devra également se prononcer sur « la politique de recherche, telle qu’elle résulte du projet d’établissement » du CHU, sur le « volet relatif à l’enseignement, à la recherche et à l’innovation ducontrat pluriannuel d’objectifs et de moyens » et sur les « stipulations relatives à la recherche biomédicale et en santé publique du contrat d’établissement pluriannuel » des établissements nationaux d’enseignement supérieur et de recherche.

Il sera, de même, consulté sur « le projet de recherche des pôles d’activité des établissements publics de santé » et sur la « participation du centre hospitalier universitaire aux structures de coopération » associant plusieurs établissements comme des centres de lutte contre le cancer (CLCC) et des établissements de recherche ou d’enseignement supérieur et de recherche.

A propos du CHU de Nice
Le CHU, regroupant plusieurs hôpitaux, propose une offre de soins diversifiés comprenant des pôles d’excellence (transplantation d’organes, transplantation de moëlle osseuse, cancérologie, maladies transmissibles, gérontologie..) et se distingue par une recherche clinique de très haut niveau en collaboration avec les instituts et laboratoires de recherche universitaires.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.