Le 1er Masterclass Européen de Cardiotocographie se tiendra au CHU de Tours

Leader dans l’analyse du rythme cardiaque fœtal (RCF), le CHU de Tours organise le premier Masterclass Européen de Cardiotocographie, du 12 au 13 janvier 2017, au Centre Olympe de Gouges (Hôpital Bretonneau). Ce séminaire sera animé par le Pr Edwin Chandraharan du St Georges Hospital de Londres, le Pr Christophe Vayssiere de l’Hôpital Paule de Viguier à Toulouse et le Pr Franck Perrotin du Centre Olympe de Gouges à Tours. Ce Masterclass s’adresse aux médecins et sages-femmes exerçant dans le domaine de la naissance et de la périnatalité et vise à améliorer la compétence des équipes des maternités de France et d’Europe.

Leader dans l’analyse du rythme cardiaque fœtal (RCF), le CHU de Tours organise le premier Masterclass Européen de Cardiotocographie, du 12 au 13 janvier 2017, au Centre Olympe de Gouges (Hôpital Bretonneau). Ce séminaire sera animé par le Pr Edwin Chandraharan du St Georges Hospital de Londres, le Pr Christophe Vayssiere de l’Hôpital Paule de Viguier à Toulouse et le Pr Franck Perrotin du Centre Olympe de Gouges à Tours. Ce Masterclass s’adresse aux médecins et sages-femmes exerçant dans le domaine de la naissance et de la périnatalité et vise à améliorer la compétence des équipes des maternités de France et d’Europe. 
Le risque d’asphyxie périnatale pour le nouveau-né
La période de l’accouchement et de la naissance est pour le nouveau-né une période à très haut risque. Parmi les nombreux dangers, celui de la privation en oxygène, encore appelée asphyxie périnatale, est sûrement l’un de ceux pouvant avoir les plus graves conséquences pour sa vie future. Le cerveau du nouveau-né est en effet particulièrement sensible à une privation, même temporaire, en oxygène, et les effets de cette privation peuvent se traduire par un retard des acquisitions motrices (des paralysies) ou du développement psychologique (retard mental).
La surveillance du rythme cardiaque foetal via la cardiotocographie
Pour prévenir le risque d’asphyxie périnatale, une surveillance du rythme cardiaque fœtal est mise en œuvre tout au long du travail, voire parfois avant en cas de fragilité particulière du futur nouveau-né ou de pathologie maternelle.  C’est la cardiotocographie, encore appelée monitoring ou rythme cardiaque foetal (RCF). L’objectif est de mettre en évidence des modifications de la fréquence cardiaque fœtale en rapport avec la compression du cordon ombilical ou une diminution des échanges entre le sang de la mère et du fœtus au niveau du placenta.
La difficulté réside dans le diagnostic. A l’instar de l’enfant ou de l’adulte, le fœtus possède déjà de nombreux réflexes capables de faire varier sa fréquence cardiaque en l’absence de toute perturbation du taux d’oxygène sanguin. L’apprentissage de l’analyse du RCF est donc une science difficile.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.