« Le bleu du ciel » remise en état artistique d’un espace de rééducation

Le service de Médecine Physique et de Réadaptation du pôle Neurosciences dispose désormais d’un patio de rééducation de 230 m² complètement réhabilité par Sandra Lecoq artiste diplômée de la villa Arson.

Le service de Médecine Physique et de Réadaptation du pôle Neurosciences dispose désormais d’un patio de rééducation de 230 m² complètement réhabilité par Sandra Lecoq artiste diplômée de la villa Arson.
Cette réalisation qui a duré 2 ans, s’inscrit parmi les projets culturels du CHU de Nice.
L’implication des personnels médicaux et soignants a permis d’orienter les recherches de l’artiste en fonction des besoins des patients et un cahier des charges précis.

Après une période d’alitement plus ou moins longueLes accidentés de la route, traumatisés crâniens, polytraumatisés et victimes d’AVC, hospitalisés ou en hôpital de jour, réapprendront à marcher sur des parcours aux couleurs chatoyantes. Déjà, 42 patients hospitalisés et 80 personnes suivies en soins externes s’entrainent chaque semaine dans cet espace rénové.

En 2014 avec l’arrivée sur le site de l’Archet de l’Union pour la Gestion des Etablissements de l’Assurance Maladie (UGECAM), cet espace augmentera considérablement sa capacité d’accueil à 142 patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.