Le CEMEREM leader en imagerie et spectroscopie de résonance magnétique

Seule structure en France à disposer de deux spectomètres imageurs dont le tout dernier SIEMENS Verio à 3 T qui permet une exploration du corps entier, le Centre d'Exploration Métabolique par Résonance Magnétique (CEMEREM) développe des activités de recherche clinique en imagerie et spectroscopie de résonance magnétique. Ses locaux flambant neufs seront inaugurés le 29 septembre 2008, en présence de Jean-Claude Gaudin, Maire de Marseille et Vice-Président du Sénat. L'occasion de rappeler le leadership du CEMEREM et les nouveaux axes de recherche

Seule structure en France à disposer de deux spectomètres imageurs dont le tout dernier SIEMENS Verio à 3 T qui permet une exploration du corps entier, le Centre d’Exploration Métabolique par Résonance Magnétique (CEMEREM) développe des activités de recherche clinique en imagerie et spectroscopie de résonance magnétique. Ses locaux flambant neufs seront inaugurés le 29 septembre 2008, en présence de Jean-Claude Gaudin, Maire de Marseille et Vice-Président du Sénat.

L’occasion de rappeler le leadership du CEMEREM et les nouveaux axes de recherche qu’autorisent ses équipements de dernière génération : l’imagerie de la moelle épinière (pathologies dégénératives, accidents de la route, etc.), l’imagerie de la perfusion cérébrale et cardiaque (accidents vasculaires cérébraux, infarctus du myocarde), l’imagerie du muscle et du cartilage ainsi que l’examen des patients obèses ou claustrophobes (grâce à un aimant de 70 cm de diamètre).

Avec 250 collaborateurs dont 55 chercheurs, ingénieurs, cliniciens, stagiaires post-doctoraux et doctorants, le centre pilote une dizaine de protocoles de recherche clinique nationaux et internationaux. Dirigée par le Professeur Patrick Cozzone, cette structure mixte Assistance Publique-Hôpitaux de Marseille / CNRS a été fondée en 1998. Elle rayonne aujourd’hui sur 42 laboratoires de recherche et services hospitaliers de Marseille et de la Région.

Budget de l’opération CEMEREM 2008
Le budget total du projet est de 6,55 millions d’euros TTC : 1,83 million d’euros pour l’immobilier (financement AP-HM) et 4,72 million d’euros pour les équipements d’IRM financés par le CNRS, les ressources industrielles du CEMEREM et le mécénat, l’Agence Nationale de la Recherche, le Conseil Général 13, le Conseil Régional PACA, l’ Association pour la Recherche sur la Sclérose en Plaques, la Mairie de Marseille et l’Université de la Méditerranée.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.