Le Centre de Ressources Biologiques atout majeur pour la recherche

Le Centre de Ressources Biologiques (CRB)est un atout majeur pour la recherche bourguignonne.Il recueille, étudie, conserve et distribue les matériaux biologiques tout en maintenant des bases de données correspondantes. L'initiative portée par les équipes du CHU de Dijon, le centre régional de lutte contre le cancer Georges-François Leclerc, l'Université de Bourgogne et l'Etablissement français de sang de Bourgogne Franche-Comté a bénéficié du soutien de l'INSERM et de la Direction de l'Hospitalisation et des soins.

Le Centre de Ressources Biologiques (CRB)est un atout majeur pour la recherche bourguignonne.Il recueille, étudie, conserve et distribue les matériaux biologiques tout en maintenant des bases de données correspondantes. L’initiative portée par les équipes du CHU de Dijon, le centre régional de lutte contre le cancer Georges-François Leclerc, l’Université de Bourgogne et l’Etablissement français de sang de Bourgogne Franche-Comté a bénéficié du soutien de l’INSERM et de la Direction de l’Hospitalisation et des soins.

A partir d’une première tumorothèque colorectale créée à l’initiative du Pr Jean Faivre et du Pr Françoise Piard, le CRB a dégagé ses principes de développement : le renforcement des liens entre recherche clinique, recherche épidémiologique et recherche fondamentale et la mutualisation des moyens.
Aujourd’hui, le Centre porte deux projets, l’un sur la caractérisation moléculaire et anatomoclinique des sous-types morphogénétiques des cancers colo-rectaux : étude pronostique sur une base de population, sous la responsabilité du Pr Françoise Piard. L’autre sur la physiopathologie, classification et marqueurs pronostiques des hémopathies malignes, sous la responsabilité du Pr Eric Solary

Le CRB salué par les responsables
« Le remarquable essor de notre recherche offre une chance supplémentaire à nos patients de bénéficier rapidement des techniques et des médicaments les plus innovants. C’est par ailleurs la condition même de l’attractivité de notre site pour les meilleurs médecins, étudiants et chercheurs. déclare le Pr François Brunotte, Doyen de la Faculté de Médecine de Dijon. Le Centre de Ressources Biologiques est une richesse supplémentaire pour le CHU qui pourra entreprendre seul ou dans le cadre de collaborations institutionnelles ou industrielles des recherches sur ces échantillons. »

Organisation du CRB
Unité fonctionnelle du pôle de Recherche Clinique du CHU de Dijon, le CRB est géré par la Direction de la qualité et de la Recherche. Quant aux options scientifiques, comme la décision d’accueillir de nouvelles collections, elles relèvent du comité technique.
Le budget du CRB provient d’une dotation pérenne de la DHOS, d’une subvention du ministère de la recherche et d’un auto-financement du CHU. Ces ressources financent un socle de personnel technique minimal (technicien, informaticien..), les infrastructures de cryo-préservation (3 cuves à azote liquide), un système d’information&
La gestion de la base d’annotations est assurée par le département d’informations médicales.

Schéma type de prise en charge d’un échantillon
Le médecin responsable du prélèvement ouvre une fiche d’annotation dans la base de données du DIM. Rendu anonyme par un algorithme de cryptage, cette fiche contient toutes les informations cliniques pertinentes et les données relatives à l’échantillon. L’échantillon est ensuite transféré dans un laboratoire où il est caractérisé (mesuré en fonction de plusieurs paramètres, extraction d’ADN&)
Cette opération effectuée, les échantillons secondaires sont adressés au Centre Inter-régional de Cryoconservation (CIRC) sur le site de l’Etablissement français de sang pour être congelés en vapeurs d’azote liquide. Le CIRC renseigne en retour la fiche d’annotation (échantillons source ; échantillons fils, caractérisation ; nombre&)

Perspectives
A terme, une partie de l’auto-financement du CRB sera couverte par des activités de prestation de services (cryo-préservation, caractérisation d’échantillons biologiques&) et par la cession d’échantillons à des équipes extérieures ou à des partenaires industriels. La cession sera bien entendu conditionnée par l’accord du responsable de la collection et du comité technique.

D’après un article d’Alain Bonnin publié dans Avis de recherche n°4 septembre 2005

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.