Le centre de ressources biologiques certifié : pôle interrégional

Soutenu par l'INSERM et le Ministère de la Santé, le centre de ressources biologiques (CRB) Ferdinand Cabanne a été retenu en 2006 dans le cadre d'un appel à projet destiné à préparer la certification selon une norme dérivée de l'ISO 9001. L'équipe du CRB Ferdinand Cabanne a travaillé avec acharnement depuis le début de l'année 2007 pour déployer un système qualité à la hauteur des exigences de ce référentiel. Engagement récompensé puisque l'audit de certification conduit les 10 et 11 juin dernier 2009 par l'AFAQ-AFNOR a certifié immédiatement le CRB Ferdinand Cabanne pour l'ensemble de ses activités.

Soutenu par l’INSERM et le Ministère de la Santé, le centre de ressources biologiques (CRB) Ferdinand Cabanne a été retenu en 2006 dans le cadre d’un appel à projet destiné à préparer la certification selon une norme dérivée de l’ISO 9001. L’équipe du CRB Ferdinand Cabanne a travaillé avec acharnement depuis le début de l’année 2007 pour déployer un système qualité à la hauteur des exigences de ce référentiel. Engagement récompensé puisque l’audit de certification conduit les 10 et 11 juin dernier 2009 par l’AFAQ-AFNOR a certifié immédiatement le CRB Ferdinand Cabanne pour l’ensemble de ses activités.

Une reconnaissance riche de promesses pour la recherche biomédicale Bourguignonne et Francomptoise
La certification garantit la qualité des études biomédicales menées par les équipes de recherche des CHU. L’attractivité dijonnaise et bourguignonne s’en trouve renforcée. En conséquence, les entreprises de biotechnologies de santé seront attirées par un CRB bénéficiant de l’agrément ministériel pour la cession d’échantillons biologiques. Ce centre pourra même jouer un rôle de facilitateur de partenariats entre la recherche hospitalière et académique et ses développements industriels.
Récemment, les CHU de Dijon et de Besançon ont convenu de faire du CRB Ferdinand Cabanne leur structure commune de conservation des échantillons biologiques et microbiens humains interrégionale. Le CRB s’inscrit donc dans la même logique de coopération que le Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur des Universités de Bourgogne et de Franche Comté.
Un vaste partenariat développé entre les deux CHU permettra à terme le déploiement d’un système qualité harmonisé à Besançon et Dijon afin d’obtenir la certification complète des activités des deux sites. Ce périmètre interrégional et le volume d’activités en résultant permettra au CRB Ferdinand Cabanne de jouer pleinement son rôle de levier de développement scientifique et économique pour la Bourgogne et la Franche Comté.

Le CRB porte le nom de Ferdinand Cabanne, anatomopathologiste de renom, premier doyen de la Faculté de Médecine de Dijon et premier directeur du Centre Georges François Leclerc.
Les équipes du CHU de Dijon, de l’Etablissement Français du Sang de Bourgogne Franche Comté (EFS BFC), du Centre de Lutte Contre le Cancer Georges François Leclerc, de l’INSERM, de l’Université de Bourgogne, et du Centre de Pathologie de Dijon ont uni leurs forces pour créer le « Centre de Ressources Biologiques Ferdinand Cabanne ». Administrativement rattaché au pôle de recherche du CHU de Dijon dont il est une unité fonctionnelle, le CRB fait appel aux meilleures compétences en matière de conservation d’échantillons, de gestion et d’infrastructure informatique, et ce indépendamment de l’appartenance institutionnelle des professionnels impliqués. Son organisation repose sur une mutualisation de l’ensemble des moyens entre les partenaires. Une équipe opérationnelle multidisciplinaire s’est progressivement constituée. Chacun apporte sa compétence spécifique (biologie, informatique, qualité, gestion, bioéthique, …) en appui au projet transversal, au service de l’ensemble de la communauté impliquée dans la recherche en santé.

Les missions des CRB
Garantir la qualité de la conservation des échantillons et des informations qui leur sont associées, s’assurer du respect des normes juridiques étiques… les centres de ressouces biologiques (CRB) doivent satisfaire aux critères très exigeants imposés par l’OCDE (Organisation pour la Coopération et pour le Développement Economique). Leur mission : collecter, étudier, conserver et distribuer les échantillons biologiques, et maintenir les bases de données correspondantes. En France, un Comité Consultatif des Ressources Biologiques a ainsi été mis en place en 2001 et l’INSERM a été chargé d’identifier les centres dont les projets répondaient aux exigences.

Le respect des protocoles garantit la qualité des prestations
La réalisation d’études biomédicales de grande portée scientifique et médicale nécessite le recrutement d’un nombre de patients très important dans le cadre d’études qui sont le plus souvent multicentriques. Les analyses biologiques réalisées dans ces études portent donc sur des échantillons prélevés dans des centres hospitalo-universitaires nombreux et géographiquement dispersés – très souvent à l’échelle de l’Europe entière. Dans ces conditions, il est essentiel d’assurer un niveau de qualité identique pour tous les centres assurant la collecte et la conservation de ces échantillons. D’où l’intérêt de la certification. Le référentiel utilisé est dérivé de la norme ISO 9001 particulièrement astreignant en termes de procédures d’organisation

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.