Le Centre d’Investigation Clinique : Mieux structurer et développer la recherche biomédicale

L'Inserm* et le CHU de Montpellier ont créé un Centre d'Investigation Clinique (CIC) pour favoriser le développement de la Recherche Clinique et impulser la réalisation de nouveaux essais. Inauguré en décembre 2000, le CIC offre aux cliniciens et chercheurs des locaux et tous les moyens humains et matériels nécessaires et adaptés à l'investigation clinique chez l'homme. Ces centres sont les garants d'une recherche clinique de qualité et d'une continuité de recherche - de la dimension cognitive aux innovations diagnostiques et thérapeutiques.

Fédérer, innover, valoriser : 3 missions du CIC de Montpellier.

L’élaboration du projet a duré 6 mois. Elle a permis d’impliquer la plupart des disciplines, autour d’un théme fédérateur : « Physiopathologie cellulaire & Innovations en Bio-Pharmacothérapie ».

Plus de 20 services et laboratoires, toutes disciplines confondues, ont manifesté leur intérêt pour cette structure. Une activité prévisionnelle d’une quinzaine de protocoles de recherche a d’ores et déjà été envisagée. La thématique choisie est en pleine adéquation avec les axes de développement tracés pour le CHU, dont notamment le développement des thérapies cellulaires et géniques. Le choix de la localisation, à l’hôpital St-Eloi, s’inscrit également dans une logique de site, puisqu’il vient renforcer la constitution d’un pôle local qui repose sur le futur Institut Régional de Bio-thérapie et un nouvel Institut Fédératif de Recherche. Ce CIC est également ouvert à des partenariats industriels. Pour une part de son activité, il peut se consacrer à la coordination d’essais réalisés par des laboratoires pharmaceutiques, attirés par la garantie de qualité qu’apporte sa contribution.

Une organisation structurée et pluri-disciplinaire

Le Centre d’Investigation Clinique dispose d’une équipe médico-technique professionnelle de la recherche biomédicale et offre aux investigateurs :
– une aide méthodologique et un encadrement logistique
– un système d’Assurance Qualité dans la gestion des projets de recherche selon les Bonnes Pratiques Cliniques,
– une formation à la pratique de la recherche,
– un réseau de compétences pluridisciplinaires associant chercheurs d’unités de recherche expérimentale de l’Inserm et spécialistes cliniciens et biologistes du CHU,
– un lieu d’investigation autorisé pour des recherches biomédicales sans bénéfice individuel direct ; il s’agit de locaux spécifiques comportant des lits de recherche et des équipements adaptés à la réalisation d’études de physiopathologie ou de pharmacologie exploratoire, en particulier chez le volontaire sain.

Le CIC représente une mise à disposition de moyens supplémentaires pour la recherche bio-médicale au CHU. Aujourd’hui, la recherche dans l’établissement est diluée dans l’activité quotidienne des services de soins et des laboratoires. Les équipes médicales et soignantes prélèvent sur leur temps de soins une parcelle consacrée à la recherche. Les investigateurs qui souhaiteront initier une recherche, pourront avoir recours à une équipe de professionnels, qui, soit dans les locaux du CIC, soit dans les services, prendra en charge la coordination de la recherche.
*Fondateur et coordinateur des CIC depuis leur origine en 1994, l’Inserm s’attache aujourd’hui tout particulièrement à la mise en réseau des CIC (actuellement 17 en France).
Extrait des textes rédigés par le Professeur PETIT, Médecin Coordonnateur du CIC et par Monsieur DIEBOLT, Directeur Adjoint chargé de la Recherche Clinique.

Les équipes et unités de recherche impliquées dans les projets initiaux du CIC.

Unité Inserm 128 – ?Enzymologie : mécanismes moléculaires et contrôle génétique? – Equipe ?Détoxication et physiologie hépatique?. – C. BALNY – P. MAUREL
Unité Inserm 336 – ?Développement, plasticité et vieillissement du système nerveux? – A. PRIVAT –
Unité Inserm 376 – ?Endocrinologie des peptides et régulation génique? – D. BATAILLE
Unité Inserm 454 – ?Immunopathologie de l’asthme? – PR. J. BOUSQUET
Inserm U475 – ?Immunopathologie des maladies tumorales et autoimmunes? – B. KLEIN
Inserm U500 – ?Epidémiologie des maladies chroniques et du vieillissement? – L. PAPOZ
EPI 99 30 Inserm – ?Pathologies du Système Nerveux : Recherche épidémiologique et clinique? – K. RITCHIE
Equipe hospitalo-universitaire et de recherche des maladies endocriniennes – PR. J. BRINGER
Equipe de Gérontologie Clinique – R. C. JEANDEL
Unité de Neurologie comportementale et dégénérative – PR. J. TOUCHON
Groupe de Recherche en Psychiatrie Adulte – PR. J.PH. BOULENGER – PR D. CASTELNAU
Equipe de Recherche et Développement en Immuno-Rhumatologie de Montpellier – PR. J. SANY
Equipe d’Hépato-gastro-entérologie – PR. D. LARREY – PR P. BLANC
Equipe d’Hématologie et d’Oncologie Médicale – PR. J.F. ROSSI
Equipe de Pharmacologie Clinique – PR. P. PETIT

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.