Le centre mémoire de ressources et de recherche

Le CHU de Rennes fait partie des quatorze établissements français qui disposent d'un centre mémoire de ressources et de recherche: une reconnaissance du travail en réseau accompli depuis plusieurs années par les gériatres, les neurologues et les pharmacologues rennais.

Le CHU de Rennes fait partie des quatorze établissements français qui disposent d’un centre mémoire de ressources et de recherche: une reconnaissance du travail en réseau accompli depuis plusieurs années par les gériatres, les neurologues et les pharmacologues rennais.

Les missions de ce seul centre expert breton labellisé par l’ARH portent sur l’animation d’un réseau des différents centres mémoires du grand ouest,l’organisation de la formation et la recherche clinique.

La consultation mémoire, véritable consultation de dépistage, permet au patient de réaliser un bilan complet tant clinique que neuropsychiatrique, biologique complété d’une rencontre avec l’assistante socio éducative.Le centre mémoire accueille des personnes qui se plaignent de troubles de mémoire mais aussi les proches de ces personnes en terme d’accompagnement. Les rencontrer le plus tôt possible est essentiel pour définir un projet de soin thérapeutique et un projet de vie qui va permettre de retarder la perte d’autonomie et la mise en institution.

Pourquoi consulte-t-on le centre mémoire ?
Il y a cinq ans, c’était pour des troubles importants, aujourd’hui les gens viennent spontanément se plaindre de problèmes de mémoire souvent bénin agissant sur une fonction importante de la mémoire, la récupération (ex: ne plus se souvenir du nom d’un collègue).

Certaines pathologies agissent sur la mémoire telle que la dépression, l’anxiété. Seul un examen clinique approfondi fait la part de ce qui relève du vieillissement « normal » de la dépression, de la maladie d’Alzheimer ou d’autres troubles neurologiques graves comme une tumeur. A partir d’une question simple « pouvez vous me dire ce que vous avez mangé hier » on peut déterminer si on est face à un patient dépressif pour peu que quelqu’un le mette sur la piste ou un patient Alzheimer qui n’aura gardé aucun souvenir. Les tests de neuro psychologie sont essentiels pour le diagnostic. En fonction du diagnostic confirmé par un scanner cérébral, le patient est dirigé vers son généraliste si le trouble est bénin, vers le spécialiste qui a sollicité l’avis du centre ou suivi directement au centre mémoire.

Quelques conseils de prévention
Il faut entraîner sa mémoire notamment celle qui permet « l’encodage de l’information » et celle qui sert à organiser et hiérarchiser : la mémoire de travail. Pour retenir une information il faut veiller à ce que cette information soit riche (ex pour retenir le mot kangourou, il faut l’associer à son environnement)et à se préserver un environnement calme en refusant d’être dérangé par le téléphone pendant que vous travaillez.

Deuxième conseil
Une qualité de vie fondée sur l’évitement du stress ainsi que sur une alimentation limitant les graisses et privilégiant les poissons et légumes protège les artères, y compris celles du cerveau. Enfin, troisième conseil :surtout, en prenant de l’âge, continuez d’apprendre, de sortir, d’être curieux, de voir des amis.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.