Le Centre VISAS : comprendre et améliorer le vieillissement

Pour le patient âgé comme pour la société, la qualité du vieillissement est souvent plus importante que la longévité. Pour prévenir les troubles qui menacent « le bien vieillir », le CHU de Saint-Etienne a suivi une cohorte de 1 000 stéphanois de 65 ans durant une dizaine d’années. Les résultats de ses observations l’ont conduit à ouvrir le centre de prévention VISAS (Vieillissement, Système nerveux Autonome et troubles du Sommeil) qui propose des dépistages systématiques. Une surveillance active qui séduit les personnes âgées et leurs mutuelles…

Pour le patient âgé comme pour la société, la qualité du vieillissement est souvent plus importante que la longévité. Pour prévenir les troubles qui menacent « le bien vieillir », le CHU de Saint-Etienne a suivi une cohorte de 1 000 stéphanois de 65 ans durant une dizaine d’années. Les résultats de ses observations l’ont conduit à ouvrir le centre de prévention VISAS (Vieillissement, Système nerveux Autonome et troubles du Sommeil) qui propose des dépistages systématiques. Une surveillance active qui séduit les personnes âgées et leurs mutuelles…
Pourquoi la création du centre VISAS ?
En 2000 a été mis en place sous la direction du Dr Jean Claude Barthélémy, un programme de recherche (PHRC national) concernant la problématique du “bien vieillir”. Il s’agissait de l’étude d’une cohorte de 1 000 stéphanois ou stéphanoises qui avaient à l’époque 65 ans et qui ne présentaient pas de pathologie chronique sévère en traitement. Ces sujets ont bénéficié de très nombreuses investigations. Les problèmes de troubles du sommeil et de troubles cognitifs mineurs sont devenus récurrents au fil des années. Plusieurs publications scientifiques réalisées par l’équipe de recherche du Centre VISAS sont venues appuyer l’intérêt de mieux comprendre pour mieux prendre en charge ces troubles chez le sujet âgé en bonne santé apparente.
En septembre 2010, le Centre VISAS ouvrait ses portes au CHU de Saint-Etienne-Hôpital Nord afin de répondre à la très forte prévalence de ces troubles, en proposant aux patients âgés une consultation pluridisciplinaire.
L’offre de soins de VISAS
Plusieurs types de consultations sont proposés aux patients âgés, ciblés sur la prise en charge du  risque cardio-vasculaire (cardiologues, infirmières, diététiciennes) et des troubles du sommeil (somnologue, gériatre, psychologue, technicienne). Les consultations s’appuient sur le plateau technique du service de Physiologie Clinique et de l’Exercice en lien avec les services de Cardiologie, de Pneumologie, de Gériatrie et de Radiologie du CHU. Le centre de consultation VISAS est adossé au centre de Rééducation CardioRespiratoire Ambulatoire du CHU.
En 2010 et 2011, les mutuelles EOVI ont souhaité proposer à leurs adhérents des questionnaires de dépistage des troubles du sommeil. Plus de 1 600 questionnaires ont été traités par le Centre VISAS et les résultats montrent dans cette population de plus de 60 ans la très forte prévalence de l’insomnie, de l’hypersomnolence diurne et surtout de la suspicion d’apnées du sommeil. Après cette campagne de dépistage, de nombreux patients ont été adressés par leur médecin traitant au Centre VISAS. Un travail impliquant des médecins généralistes dans le dépistage est à l’étude.
Au total en 1 an, plus de 1 200 patients (95% de patients en soins externes) ont été vus en exploration et en suivi dans le centre.

Un lieu de recherche clinique
Le centre s’appuie ici sur l’appartenance de ses médecins à l’Equipe d’Accueil de l’Université Jean Monnet, PRES de Lyon (EA 4607). Des collaborations locales, nationales (Lyon, Grenoble, Paris, Bordeaux) et internationales (Genève, Bale, Montréal) sont développées et ont permis d’asseoir la reconnaissance de l’Equipe. 

Le système nerveux autonome, système régulateur garant de l’allostasie de notre organisme (exploré de manière très régulière dans l’étude PROOF), semble dysfonctionner très précocement dans les différents troubles du sommeil qu’ils soient d’ordre neurologiques ou respiratoires. Les objectifs de l’équipe sont de mieux comprendre la séquence de cette dégradation, de valider des outils permettant un dépistage précoce et efficace, de proposer les moyens de contrer le dysfonctionnement autonomique et les troubles du sommeil associés.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.