Le chef de service de chirurgie cardiaque suspendu de ses fonctions

Vendredi 29 octobre 2010, Véronique Anatole-Touzet, directrice générale du CHR Metz-Thionville, a suspendu à titre conservatoire le Dr Pierre-Michel Roux, praticien hospitalier, chef de service de chirurgie cardiaque du CHR Metz-Thionville. Cette décision, prise dans l'intérêt du service, fait suite au deuxième rapport d'expertise mandaté par l'Agence Régionale de Santé qui confirme les dysfonctionnements constatés après analyse des dossiers des patients du service de chirurgie cardiaque. Dans un communiqué adressé le jour même à la presse, le CHR rappelle que le service de cardiologie, de réputation nationale, et le services de chirurgie vasculaire ne sont pas concernés par cette suspension et qu'ils poursuivent leur activité. Le CHR a mis un numéro vert à la disposition des patients et créé une cellule psychologique à l'attention du personnel.

Vendredi 29 octobre 2010, Véronique Anatole-Touzet, directrice générale du CHR Metz-Thionville, a suspendu à titre conservatoire le Dr Pierre-Michel Roux, praticien hospitalier, chef de service de chirurgie cardiaque du CHR Metz-Thionville. Cette décision, prise dans l’intérêt du service, fait suite au deuxième rapport d’expertise mandaté par l’Agence Régionale de Santé qui confirme les dysfonctionnements constatés après analyse des dossiers des patients du service de chirurgie cardiaque.

La suspension a été décidée en accord avec le directeur général de l’Agence Régionale de Santé (ARS) de Lorraine et la directrice générale du Centre National de Gestion. Le 12 octobre 2010, le directeur général de l’Agence Régionale de Santé avait suspendu provisoirement, par mesure de précaution, l’activité du service de chirurgie cardiaque du CHR Metz-Thionville (Hôpital Bon Secours). En effet le premier rapport d’expertise médicale faisait état de taux de mortalité élevés en comparaison avec d’autres services de la spécialité et d’une augmentation en 2009 et 2010 par rapport aux années antérieures. Le Directeur de l’agence a également diligenté une mission d’inspection et une expertise complémentaire dans le service afin de procéder à une analyse des dossiers des patients.

Dans un communiqué adressé le jour même à la presse, le CHR rappelle que seule la chirurgie cardiaque (361 patients pris en charge en 2009) est concernée. La direction générale souhaite éviter tout amalgame avec le service cardiologie, pôle d’excellence de l’établissement – dont l’activité est près de 15 fois supérieure à celle de chirurgie cardiaque.

Le service de cardiologie, activité de référence du CHR, continue de prendre en charge l’ensemble des patients en urgence, en consultation, en hospitalisation pour des coronarographies, des angioplasties, la pose de stents, l’infarctus du myocarde, ou encore la pose de Pace-Maker et de défibrillateurs implantables (activité agréée, la seule dans le nord de la lorraine). En 2009, le service de cardiologie a traité 5 000 patients dont 2 000 urgences. Ce service est reconnu au niveau national pour la prise en charge des urgences cardiologiques dont les infarctus du myocarde (3° rang national selon le Palmarès 2010 du Point).

Le CHR précise que le service de chirurgie vasculaire n’est pas non plus concerné par cette suspension.

Le CHR annonce également qu’il a créé un numéro vert gratuit 0 800 830 850 pour répondre aux interrogations des patients et des familles qui seront reçus à leur demande dans les meilleurs délais.
Quant au personnel en souffrance psychologique et en état de choc, il peut faire appel à la cellule psychologique mise en place par le CHR.

Le CHR rappelle enfin son souhait de voir reprendre l’activité de chirurgie cardiaque dans des conditions de qualité et de sécurité optimales pour les patients.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.