Le CHRU de Brest se mobilise pour la journée mondiale de la Thrombose

A l’occasion de la journée mondiale de la thrombose, le service de pneumologie du CHRU de Brest tiendra un stand d’information à la Librairie « Dialogues » à Brest, vendredi 12 et samedi 13 octobre 2018 de 10 h à 17 h. Un film de prévention sera projeté, les équipes médicales seront disponibles afin d’informer et d’échanger avec le public.

A l’occasion de la journée mondiale de la thrombose, le service de pneumologie du CHRU de Brest tiendra un stand d’information à la Librairie « Dialogues » à Brest, vendredi 12 et samedi 13 octobre 2018 de 10 h à 17 h. Un film de prévention sera projeté et les équipes médicales seront disponibles afin d’échanger avec le public.
La phlébite est un caillot de sang qui se forme dans une veine. Lorsqu’il migre, ce caillot peut provoquer une embolie pulmonaire. 2% de la population française est concernée par les accidents thromboemboliques veineux. 200 000 cas de thromboses veineuses ou d’embolie pulmonaires sont dénombrés chaque année. Cette maladie est potentiellement très grave : la mortalité est de 10 % lorsqu’on est atteint d’une embolie pulmonaire (soit un risque deux fois plus élevé que l’infarctus du myocarde).
Pour informer sur l’embolie pulmonaire, le service de pneumologie du CHRU de Brest tiendra un stand d’information à la Librairie « Dialogues » à Brest, les 12 et 13 octobre de 10 h à 17 h. Un film de prévention sera projeté et les équipes médicales seront disponibles afin d’informer le public.

Une filière de soins dédiée

A Brest, le département de médecine interne, de médecine vasculaire et de pneumologie a structuré une filière de soin dédiée à la prise en charge de cette maladie en lien avec la médecine de ville. Une équipe de recherche – le Groupe d’Etude de la Thrombose de Bretagne Occidentale (GETBO) placé sous la direction du Pr Francis Couturaud – est également mobilisée depuis 20 ans. L’originalité de cette équipe, de notoriété internationale, réside notamment dans le développement d’études académiques qui permettent d’améliorer les pratiques médicales, ainsi que la prise en charge des patients.

Améliorer la prise de conscience

Il est nécessaire de détecter au plus vite l’apparition d’une thrombose car il existe des traitements anticoagulants très efficaces pour dissoudre le caillot.
En cas de thrombose veineuse au niveau du membre inférieur, les signes qui doivent alerter sont : une douleur persistante dans une jambe (le plus souvent au niveau du mollet), un durcissement de la zone touchée perçue à la palpation, la formation d’un œdème de la cheville ou de la jambe, une rougeur ou un réchauffement.
L’embolie pulmonaire peut quant à elle se manifester par une douleur brutale et persistante dans la poitrine, comme un point de côté qui dure pendant des heures, une sensation d’oppression dans la poitrine, sans facteur déclenchant,  parfois un crachat de sang, et une sensation de palpitation.

Réagir

Si une personne présente des signes d’embolie pulmonaire, elle doit immédiatement contacter le 15.
La thrombose veineuse peut toucher tout le monde. Les facteurs de risque les plus fréquents sont l’immobilisation prolongée, les plâtres (fracture, entorse), les interventions chirurgicales, les longs trajets (avion, voiture), la contraception orale, la grossesse et certaines maladies comme le cancer. Dans la moitié des cas, il existe une hérédité (familles à risque). Parfois, aucun facteur favorisant n’est retrouvé.

Soutenir

Pour soutenir la recherche contre la phlébite et l’embolie pulmonaire, il est possible d’adresser ses dons à INNOVEO, le Fonds de dotation du CHRU de Brest.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.