Le CHRU de Brest se mobilise pour la journée mondiale de la Thrombose

A l’occasion de la journée mondiale de la thrombose, le service de pneumologie du CHRU de Brest tiendra un stand d’information à la Librairie « Dialogues » à Brest, vendredi 12 et samedi 13 octobre 2018 de 10 h à 17 h. Un film de prévention sera projeté, les équipes médicales seront disponibles afin d’informer et d’échanger avec le public.

A l’occasion de la journée mondiale de la thrombose, le service de pneumologie du CHRU de Brest tiendra un stand d’information à la Librairie « Dialogues » à Brest, vendredi 12 et samedi 13 octobre 2018 de 10 h à 17 h. Un film de prévention sera projeté et les équipes médicales seront disponibles afin d’échanger avec le public.
La phlébite est un caillot de sang qui se forme dans une veine. Lorsqu’il migre, ce caillot peut provoquer une embolie pulmonaire. 2% de la population française est concernée par les accidents thromboemboliques veineux. 200 000 cas de thromboses veineuses ou d’embolie pulmonaires sont dénombrés chaque année. Cette maladie est potentiellement très grave : la mortalité est de 10 % lorsqu’on est atteint d’une embolie pulmonaire (soit un risque deux fois plus élevé que l’infarctus du myocarde).
Pour informer sur l’embolie pulmonaire, le service de pneumologie du CHRU de Brest tiendra un stand d’information à la Librairie « Dialogues » à Brest, les 12 et 13 octobre de 10 h à 17 h. Un film de prévention sera projeté et les équipes médicales seront disponibles afin d’informer le public.

Une filière de soins dédiée

A Brest, le département de médecine interne, de médecine vasculaire et de pneumologie a structuré une filière de soin dédiée à la prise en charge de cette maladie en lien avec la médecine de ville. Une équipe de recherche – le Groupe d’Etude de la Thrombose de Bretagne Occidentale (GETBO) placé sous la direction du Pr Francis Couturaud – est également mobilisée depuis 20 ans. L’originalité de cette équipe, de notoriété internationale, réside notamment dans le développement d’études académiques qui permettent d’améliorer les pratiques médicales, ainsi que la prise en charge des patients.

Améliorer la prise de conscience

Il est nécessaire de détecter au plus vite l’apparition d’une thrombose car il existe des traitements anticoagulants très efficaces pour dissoudre le caillot.
En cas de thrombose veineuse au niveau du membre inférieur, les signes qui doivent alerter sont : une douleur persistante dans une jambe (le plus souvent au niveau du mollet), un durcissement de la zone touchée perçue à la palpation, la formation d’un œdème de la cheville ou de la jambe, une rougeur ou un réchauffement.
L’embolie pulmonaire peut quant à elle se manifester par une douleur brutale et persistante dans la poitrine, comme un point de côté qui dure pendant des heures, une sensation d’oppression dans la poitrine, sans facteur déclenchant,  parfois un crachat de sang, et une sensation de palpitation.

Réagir

Si une personne présente des signes d’embolie pulmonaire, elle doit immédiatement contacter le 15.
La thrombose veineuse peut toucher tout le monde. Les facteurs de risque les plus fréquents sont l’immobilisation prolongée, les plâtres (fracture, entorse), les interventions chirurgicales, les longs trajets (avion, voiture), la contraception orale, la grossesse et certaines maladies comme le cancer. Dans la moitié des cas, il existe une hérédité (familles à risque). Parfois, aucun facteur favorisant n’est retrouvé.

Soutenir

Pour soutenir la recherche contre la phlébite et l’embolie pulmonaire, il est possible d’adresser ses dons à INNOVEO, le Fonds de dotation du CHRU de Brest.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

CHU de Clermont-Ferrand : une pré-plainte pour dire stop aux violences conjugales

L’an dernier, un dispositif de pré-plainte simplifiée a été mis en place aux urgences de Gabriel Montpied, afin de venir en aide aux victimes de violences conjugales. Un an après, les soignants impliqués continuent d’en affiner le contenu pour plus d’efficacité. A travers ce long format, Réseau CHU revient sur la genèse de cette PPS à l’hôpital et, à travers elle, sur l’ampleur d’un phénomène de société qui touche essentiellement les femmes.

Maternité écologique : « il y avait une volonté des soignants de changer les pratiques »

Le 18 décembre 2021, la maternité du CHU de Clermont-Ferrand est devenue la première maternité de type III écoresponsable de France. Depuis, plusieurs actions et protocoles dans la prise en charge de la mère et du nourrisson ont été mis en place par ses équipes. De quels sujets parle-t-on et qu’ont-ils d’écoresponsable ? La réponse avec Emilie Blanchet, sage-femme coordinatrice du projet.