Des achats socialement responsables à Nancy

Avec 223 marchés passés en 2016 et près de 240 millions d’euros de dépenses annuelles, le CHRU de Nancy, en qualité d’acteur économique et social sur le territoire est incontournable. Soutenu par la Maison de l’Emploi, le CHRU de Nancy s’engage désormais dans une politique d’achat socialement responsable. Explications...

Le 15 mars 2017, Bernard Dupont, Directeur général du CHRU de Nancy et Sylvie Petiot, Présidente de la Maison de l’Emploi du Grand Nancy ont formalisé les liens des deux établissements par la signature d’une convention visant à promouvoir l’insertion des publics en difficultés. Ce partenariat inédit consiste à veiller à l’inscription de clauses sociales dans les marchés publics portés par le CHRU favorisant l’insertion professionnelle des personnes sans emploi. Concrètement, il s’agit de favoriser dans le cadre d’un appel d’offres, un prestataire embauchant une ou plusieurs personnes en situation professionnelle précaire.
Avec 223 marchés passés en 2016 et près de 240 millions d’euros de dépenses annuelles, le CHRU de Nancy, en qualité d’acteur économique et social sur le territoire est incontournable. Soutenu par la Maison de l’Emploi, le CHRU de Nancy s’engage désormais dans une politique d’achat socialement responsable.  
La Maison de l’Emploi accompagnera désormais le CHRU dans l’analyse et l’étude des marchés pouvant intégrer des clauses sociales. Si l’on pense habituellement aux commandes publiques dans les secteurs du bâtiment, des travaux ou des espaces verts, la Maison de l’Emploi souligne toutefois l’intérêt d’étendre l’inscription de ces clauses sociales aux marchés dits de service comme la reprographie, le nettoyage, etc.
Forte d’un bilan positif, la Maison de l’Emploi accompagne 45 donneurs d’ordre, plus de 300 entreprises et a suivi près de 1 700 personnes ayant bénéficié de clauses sociales, un véritable tremplin pour rebondir sur un contrat de travail ou une formation qualifiante.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.