Nouvelle Clinique Psychiatrique

Le CHRU de Nîmes inaugure sa nouvelle clinique psychiatrique. Cette construction de plus de 8 000m2 répond aux besoins d’une psychiatrie moderne, ouverte et offrant les meilleures garanties de sécurité et de respect de la personne. La prise en charge spécialisée et personnalisée n'est plus déterminée en fonction de l’origine géographique du patient - comme c’est encore le cas dans la majorité des établissements français- mais de de la spécialité psychiatrique dont il relève. Deux nouvelles unités ont été créées : la clinique de la psychologie médicale de la personne âgée et celle du jeune adulte représentant tous deux une capacité d’accueil supplémentaire de 40 lits.

Le CHRU de Nîmes inaugure sa nouvelle clinique psychiatrique. Cette construction de plus de 8 000m2 répond aux besoins d’une psychiatrie moderne, ouverte et offrant les meilleures garanties de sécurité et de respect de la personne. La prise en charge spécialisée et personnalisée n’est plus déterminée en fonction de l’origine géographique du patient – comme c’est encore le cas dans la majorité des établissements français- mais de de la spécialité psychiatrique dont il relève. Deux nouvelles unités ont été créées : la clinique de la psychologie médicale de la personne âgée et celle du jeune adulte représentant tous deux une capacité d’accueil supplémentaire de 40 lits.

L’architecture fonctionnelle du nouveau bâtiment rend possible une hospitalisation spécifique pour tous les âges de la vie. Le bâtiment privilégie les chambres individuelles, la diversité des lieux de vie et des espaces thérapeutiques. Il est équipé de nouvelles fonctionnalités permettant d’assurer la surveillance des patients hébergés, notamment dans le cas de pathologies lourdes.
Clinique psychiatrique et son allée – AIA architecte
Une réponse moderne aux besoins de psychiatrie de la population
La prise en charge du patient se structure aujourd’hui autour de compétences médicales transversales : thérapies cognitives et comportementales, traitement des troubles de l’humeur, accueil de crise, psychiatrie de liaison, psychothérapie par mouvements oculaires rapides, addiction aux produits illicites, équipe mobile de précarité, recherche psycho-pharmacologique, géronto-psychiatrie.
L’ergothérapie, la musicothérapie, la psychomotricité, le sport, la cuisine thérapeutique, l’esthétique et d’autres pratiques de soins non médicamenteuses ont leurs espaces dédiés et jouent un rôle important au sein de cette nouvelle organisation.
«  Le Pôle Psychiatrie continue à s’investir dans diverses missions de recherche. Il participe activement aux missions universitaires et à l’enseignement à la faculté. » commente le Dr Mocrane Abbar, chef du pôle de psychiatrie.
La restructuration de la psychiatrie engage la création de 67 postes équivalent temps plein toutes disciplines confondues. 
Le Pôle de Psychiatrie données repères
Le pôle repose sur la prise en charge globale et individualisée de patients souffrant de pathologies mentales diverses par un travail de partenariat impliquant des équipes soignantes pluridisciplinaires.
Il s’articule autour :
– de consultations à visée de diagnostic, d’évaluation, d’orientation, de surveillance et de traitement,
– de prises en charge spécifiques en hospitalisation à temps complet ou en ambulatoire,
– d’activités de coordination de soins par un travail en réseau,
– de repérages précoces, des actions de prévention, de suivi, de réinsertion et d’accompagnement
Surfaces : environ 8 200 m² de surfaces utiles
Capacité d’accueil : 125 lits
Coût toutes dépenses confondues : 25,8 M € TTC
Ce projet a reçu une aide au financement par l’Agence Régionale de l’Hospitalisation Languedoc-Roussillon dans le cadre du Plan Régional d’Investissement en Santé Mentale.

Architectes : AIA associés, architecte mandataire et Pierre Tourre, architecte d’opération

Calendrier
Mars 2010 : date de démarrage des travaux
16 juin 2010 : pose de la première pierre
Octobre 2013 : livraison du nouveau pôle de psychiatrie

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.