Le CHU accrédité : 6 points forts, 8 recommandations et 1 réserve

Le CHU de Dijon a satisfait à la procédure d'accréditation débutée en 2001. La décision du collège d'accréditation vient d'être publiée. Son compte-rendu identifie 6 points forts, 8 recommandations et 1 réserve simple. Recommandations et réserves constituent d'ores et déjà les axes forts de la démarche d'amélioration de la qualité pour l'année à venir. Ces résultats font l'objet d'une synthèse diffusée par le service de communication

Le CHU de Dijon a satisfait à la procédure d’accréditation débutée en 2001. La décision du collège d’accréditation vient d’être publiée. Son compte-rendu identifie 6 points forts, 8 recommandations et 1 réserve simple. Recommandations et réserves constituent d’ores et déjà les axes forts de la démarche d’amélioration de la qualité pour l’année à venir. Ces résultats font l’objet d’une synthèse diffusée par le service de communication.

Les points forts
Le collège d’accréditation a retenu six points forts à savoir : l’évaluation du respect des droits des patients par l’analyse des questionnaires de sortie et des enquêtes spécifiques, le mode de gestion des plaintes et des réclamations des patients, l’organisation du pôle de biologie, du département d’information médicale et de la formation continue et la démarche qualité en blanchisserie

Les recommandations
Des progrès sont attendus dans 8 secteurs :
– assurer l’information des patients sur les tarifs des consultations privées.
– généraliser la traçabilité du recueil du consentement éclairé du patient.
– élaborer des règles institutionnelles depuis la prescription médicale jusqu’à la délivrance des médicaments, en collaboration avec les secteurs.
– organiser une concertation des différentes activités d’anesthésie, notamment en urgences pédiatriques, la nuit.
– renforcer la concertation des acteurs au sein des blocs et des secteurs interventionnels.
– définir les politiques sectorielles de maintenance.
– achever la mise en place de méthode HACCP jusqu’au lit du patient et définir le système d’assurance qualité à la biberonnerie.
– clarifier le dispositif qualité auprès des professionnels, structurer la gestion documentaire et renforcer l’évaluation du programme de gestion de la qualité.

Une réserve
Le collège d’accréditation interpelle le CHU sur sa politique de maîtrise des risques et l’engage à définir et mettre en oeuvre un programme de prévention des risques incluant le risque infectieux et à prévoir son évaluation.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.