Le CHU accrédité

Le collège de l'ANAES vient de rendre son rapport. Il attribue 5 points forts au CHU et fait état de 5 recommandations et 2 réserves simples.

Le collège de l’ANAES vient de rendre son rapport. Il attribue 5 points forts au CHU et fait état de 5 recommandations et 2 réserves simples.

Les points forts mettent l’accent sur les mesures prises par le CHU de Rennes dans le contexte d’un plan directeur ambitieux et sur la volonté d’améliorer le management et l’organisation au service du patient. Les atouts majeurs de l’établissement sont reconnus :
– l’existence d’une méthodologie formalisée de l’accompagnement des personnels lors des opérations de restructuration
– la démarche qualité de la direction des finances et du contrôle de gestion dans l’exercice des attributions,
– la politique de contractualisation évaluée et évolutive,
– le concours actif de la médecine du travail, de l’ergonome et du CHSCT à l’amélioration des conditions de travail,
– l’organisation du transport des personnes.

Les recommandations incitent le CHU à poursuivre ses efforts dans les domaines suivants :
– généraliser la traçabilité de la réflexion bénéfices-risques et du consentement éclairé,
– renforcer la confidentialité des informations concernant le patient,
– généraliser la signature des prescriptions médicales et supprimer les transcriptions,
– mettre en place une organisation commune de prise en charge de l’urgence vitale interne,
– formaliser, mettre en place et évaluer le programme de gestion des risques.

Les réserves concernent la mise en oeuvre et l’évaluation de la politique du dossier unifié du patient et la maîtrise du risque infectieux.
Soucieux de renforcer ces deux secteurs, le CHU a mené des évaluations du dossier du patient et définit des actions d’amélioration. Une maquette est d’ailleurs en cours de test dans plusieurs unités.
Quant à la maîtrise du risque infectieux, préoccupation constante de l’établissement, il est prévu de renforcer l’équipe médicale de l’unité d’hygiène hospitalière, de compléter les formations du personnel et de mieux coordonner l’action des différents acteurs concernés.
La dynamique initiée depuis plusieurs années se poursuit avec la généralisation à l’ensemble de l’établissement de la démarche qualité. Les conclusions du collège de l’accréditation précisent également qu’une visite ciblée aura lieu dans 18 mois sur les thèmes des deux réserves.

Le rapport est consultable sur le site de l’ANAES , www.anaes.fr.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.