Le CHU adopte la verte attitude

Au CHU de Rennes, la verte attitude prend deux formes : la création d'une commission environnement et l'incitation du personnel à se déplacer de façon écologique en utilisation les transports en commun ou en pratiquant le co voiturage.

Au CHU de Rennes, la verte attitude prend deux formes : la création d’une commission environnement et l’incitation du personnel à se déplacer de façon écologique en utilisation les transports en commun ou en pratiquant le co voiturage.

Aviver la mobilisation contre le gaspillage et promouvoir le respect de l’environnement
Le CHU n’échappe pas au gaspillage : papiers non triés dans les poubelles, lumières inutiles la nuit, chauffage perdu… Et si les 7000 agents, qui font attention chez eux, adoptaient ensemble le même comportement écologique au niveau de tout l’établissement ! Pour encourager ce changement d’attitude, la commission médicale d’établissement a décidé de créer une commission environnement composée de plusieurs praticiens et professionnels non médicaux.
La commission environnement est convaincue que des actions simples peuvent être menées en se référant à ce qui existe déjà : la collecte et le tri du papier au service de reprographie, le recyclage des bouteilles plastiques dans les restaurants du personnel. En 2007-2008, elle s’est fixée comme objectifs l’utilisation des enveloppes réutilisables entre les différents services permettant 50 envois successifs, la généralisation du tri du papier, la réduction des consommations d’énergie (informatique, téléphonie, lumières inutiles).

Pour que chacun se sente concerné et puisse faire des propositions concrètes, une boite aux lettres mail a été ouverte, la commission s’est engagée à répondre à toutes les suggestions et/ou remarques.

Une mesure phare : la promotion des transports en commun
Décidé à s’engager plus avant dans la préservation de l’environnement, le CHU encouragera les personnels à utiliser les transports en commun. Comment ? dès le 1er janvier 2008, il prendra en charge 30 % du coût de leur abonnement mensuel ou annuel. Cette décision innovante s’inscrit dans le plan de déplacement d’entreprise (PDE)* dans lequel s’est engagé le chu avec l’appui de rennes métropole. Tous les personnels sont concernés par cette mesure qu’ils soient personnel médical ou non médical y compris les agents contractuels dont le contrat est égal ou supérieur à un mois. La participation du chu prendra la forme d’un remboursement sur la fiche de paye.

L’invitation au co voiturage
Une convention a été signée entre le chu de rennes et l’association covoiturage + qui se charge de constituer un équipage de co voiturant en mettant les agents de l’établissement hospitalier concernés en relation avec des personnes qui habitent à proximité ou qui travaillent dans le même secteur. Le chu prend en charge l’adhésion des agents à cette association.

* définition : le plan de déplacement d’entreprise est une démarche volontaire de l’employeur ayant pour objectif de proposer des solutions alternatives à l’utilisation individuelle de la voiture pour des déplacements domicile –travail des salariés.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.

Céline Meguerditchian : “la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu un combat au quotidien”

Lorsque nous rencontrons Céline Meguerditchian dans son bureau, nous savons déjà que l’interview ne sera pas un entretien fleuve. Car pour celle qui a été nommée cheffe des urgences adultes de la Timone (AP-HM) il y a six mois, le temps est un luxe. Entre les appels qui ne s’arrêtent jamais, elle aura néanmoins réussi à nous parler durant une vingtaine de minutes de sa mission, du fonctionnement d’un service en sous-effectif qui doit compter sur des docteurs junior en plein été, et de ce qui fait de la médecine d’urgence à l’hôpital public est devenu « un combat » au quotidien.

Gaétan Basile, taulier tranquille des ECN

Et dire qu’à quelques heures près, on aurait pu le rater. Ciao Bordeaux, bonjour Capbreton ! Tout cela pour une histoire de vacances bien méritées après une sixième année de médecine particulièrement dense. Silhouette longiligne et sourire réservé, Gaetan Basile incarne plutôt bien la force tranquille. Lorsqu’on le retrouve pour parler de sa première place aux concours des ECNi sur plus de 9000 candidats, le Landais de 23 ans, auréolé de la réussite, répond avec calme et simplicité. Sans jamais s’enflammer.

Fumagilline, itinéraire d’une réapparition

L’information a été reprise par plusieurs médias. Pour soigner un jeune patient, les Hospices Civils de Lyon ont recréé un médicament disparu de la circulation : la fumagilline. Si ce dernier fait office de remède miracle, sa fabrication tient davantage de l’abnégation des équipes du CHU qui, à l’heure actuelle, se battent pour en pérenniser la production.