Le CHU de Grenoble a reçu le 15 juin 2007 son rapport de certification (V2) : certification avec suivi sous la forme d'une visite ciblée à 18 mois (septembre 2008).

Le CHU de Grenoble a reçu le 15 juin 2007 son rapport de certification (V2) : certification avec suivi sous la forme d’une visite ciblée à 18 mois (septembre 2008).

Ce rapport marque une étape importante pour un projet lancé dès le printemps 2005 et qui a mobilisé plusieurs centaines de professionnels au CHU, toutes catégories professionnelles confondues. Le CHU avait choisi également de constituer un groupe usagers rassemblant des représentants d’associations d’usagers, de bénévoles et des professionnels du CHU pour leur demander leur évaluation sur notre fonctionnement. Cette initiative a été jugée très positivement par l’équipe d’experts-visiteurs de la HAS.

Le CHU a une majorité de cotations A : 243 sur les 523 critères évalués par la HAS. Les cotations A et B représentent 91% des cotations reçues par le CHU ce qui est un bon niveau. Le CHU n’a eu que 48 cotations C et aucune cotation D.

La HAS a retenu 3 actions exemplaires, réussies et pérennes

– Le carnet de suivi de la maladie thromboembolique : cette action se révèle simple, l’appropriation par les usagers et les professionnels est générale. Elle est reproductible tant en interne qu’en externe.

– Les unités de coordination en soins de suite et de réadaptation : leurs objectifs consistent à mettre en oeuvre les filières de soins de SSR, d’optimiser l’emploi des ressources en organisant le parcours du patient dans le secteur sanitaire et social ou médicosocial, d’élaborer une politique en matière d’information en lien avec les filières et les réseaux.

– L’évaluation des pratiques professionnelles médicales : l’organisation d’un forum annuel sur le thème de la qualité aide à la diffusion et au partage d’expériences à l’intérieur de l’établissement. L’antériorité et la pérennisation de ces actions assurent l’implantation d’une culture qualité de l’évaluation des pratiques professionnelles médicales retrouvée dans l’aboutissement de l’ensemble des thématiques présentées aux experts-visiteurs.

Dans son rapport, la HAS a mis en exergue des points très positifs sur le fonctionnement du CHU.

Par exemple, en soins de courte durée, il faut noter la mise en oeuvre récente d’une unité de chirurgie ambulatoire pluridisciplinaire ainsi que la spécificité grenobloise en médecine et chirurgie du sport. Une informatisation en cours de finalisation permettra la maîtrise totale du circuit du médicament de la prescription à la dispensation. Une commission de prescription et des anti-infectieux étend son action transversale à l’ensemble des prescriptions médicaments et examens biologiques, imagerie et permet d’apprécier la pertinence de celles-ci. L’activité des réseaux opérationnels est très forte.

La dynamique d’amélioration continue de la prise en charge MCO est une caractéristique du CHU de Grenoble. En soins de longue durée, le centre gérontologique sud offre des conditions d’hébergement optimales et des moyens matériels facilitant les conditions de manutention pour les personnels. La création de l’unité médicale de gériatrie assure une aide à la gestion de l’organisation de la filière de personnes âgées dès l’arrivée aux urgences et assure le suivi des ré-hospitalisations précoces, indicateur retenu et analysé lors des réunions hebdomadaires.

Le rapport HAS conclut sur la dynamique globale que la politique qualité du CHU de Grenoble est soutenue activement par la direction générale et la CME comme en témoignent les structures mises en place pour assurer sa mise en oeuvre. La gestion globale des risques est effective, le traitement des évènements indésirables est hebdomadaire par un groupe structuré multi-professionnel. Des objectifs précis sont fixés tant au niveau institutionnel qu’au niveau des différentes structures et secteurs d’activité, ils sont mis en oeuvre avec un calendrier et font l’objet de suivi régulier. Des services sont en démarche qualité pour accéder à des accréditations Jacie ou Iso. Le CLIN et l’équipe opérationnelle d’hygiène sont actifs et présents.

Le suivi en septembre 2008 portera sur 4 points
– Mettre en oeuvre les actions d’amélioration des conditions d’hébergement et d’accessibilité des bâtiments et locaux de soins aux personnes à mobilité réduite indépendamment des opérations de restructuration.

– Assurer dans les meilleurs délais la sécurisation du système d’information et du circuit du dossier du patient papier.

– Garantir la confidentialité des données personnelles dans le circuit du dossier du patient papier, et généraliser les procédures de conservation et d’accès à l’ensemble des dossiers du patient papier.

– Définir et faire respecter les règles de confidentialité dans l’ensemble des prises en charge de l’établissement.
Le CHU doit également poursuivre sa dynamique d’amélioration sur différentes actions, un plan de suivi est présenté régulièrement au Comité de pilotage de la qualité, des risques et de la certification.

Pour plus d’informations, contacter
Stéphanie PIOCH
Directrice de la qualité et des relations avec les usagers
Tel 04 76 76 50 05

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.