Le CHU de Bordeaux, centre de donneurs volontaires de moelle osseuse

Le centre des donneurs volontaires de moelle osseuse de l’ancienne région Aquitaine a été transféré de l’Etablissement Français du Sang vers le laboratoire d’Immunologie-Immunogénétique du CHU de Bordeaux le 1er septembre 2018.
Le centre des donneurs volontaires de moelle osseuse de l’ancienne région Aquitaine a été transféré de l’Etablissement Français du Sang vers le laboratoire d’Immunologie-Immunogénétique du CHU de Bordeaux le 1er  septembre 2018.
Le registre des donneurs volontaires de moelle osseuse de l’ancienne région Aquitaine est l’un des plus importants à l’échelle nationale avec plus de 14 800 donneurs inscrits et 1 200 nouveaux donneurs par an. Chaque année en France, près de 2000 malades ont besoin d’une greffe de moelle osseuse provenant d’un donneur ayant un profil génétique compatible. Or cette compatibilité est rare. D’où l’importance d’augmenter le nombre de volontaires de don de moelle osseuse.  

Journée mondiale du Don de Moelle osseuse 

Dans cette optique, le laboratoire d’Immunologie-Immunogénétique du CHU de Bordeaux se mobilise pour la campagne de Promotion de Don de Moelle osseuse et de recrutement actif et donne rendez-vous au grand public le samedi  15 septembre 2018 de 11 à 18 heures, Place Saint-Projet à Bordeaux. Des membres de l’équipe du laboratoire d’Immunologie-Immunogénétique, de l’agence de biomédecine et des bénévoles des associations de donneurs et de malades se relaieront durant toute la journée pour informer le grand public au sujet du don de moelle osseuse. Cette journée sera aussi l’occasion de réaliser des inscriptions grâce à la procédure simplifiée d’’inscription par kit salivaire des personnes volontaires afin de déterminer la carte d’identité biologique du donneur potentiel (pas de prise de sang). Si le test salivaire révèle une compatibilité avec une personne en attente de greffe, le volontaire pourra être contacté dans un deuxième temps.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.