Le CHU de Bordeaux mise sur l’intelligence artificielle en s’alliant à la start-up Synapse Medicine

Le CHU de Bordeaux a signé le 16 janvier 2019 un accord-cadre avec la start-up bordelaise Synapse Medicine, issue du CHU et en pointe dans le développement de l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé.

Le CHU de Bordeaux a signé le 16 janvier 2019 un accord-cadre avec la start-up bordelaise Synapse Medicine, issue du CHU et en pointe dans le développement de l’intelligence artificielle dans le domaine de la santé. 
Partant du constat selon lequel la médecine se complexifie à un rythme exponentiel, Synapse propose une solution basée sur l’intelligence artificielle. Dans certains cas, il devient humainement très complexe, ou très chronophage de prescrire les bons médicaments, à la bonne dose, en tenant compte de tous les facteurs. Les algorithmes apparaissent alors comme une vraie nécessité, en soutien au médecin et pour le bénéfice du patient. Grâce à une plateforme d’intelligence artificielle, Synapse permet à un médecin de bénéficier des dernières informations, toujours à jour, concernant l’usage des médicaments dans un contexte donné. Synapse leur permet également d’analyser instantanément l’ordonnance d’un patient, simplement en la prenant en photo. Cela représente plusieurs dizaines de minutes gagnées, qui peuvent parfois s’avérer décisives.

Nouveaux champs d’expertise

L’accord-cadre signé entre le CHU de Bordeaux et Synapse ouvre de nouvelles perspectives dans la recherche et l’innovation dans le domaine de la prescription médicamenteuse. La société va mettre à disposition sa plateforme au profit des équipes de recherche du CHU. Il s’agit de la première mise à disposition dans le cadre d’un protocole de recherche, pour aider quotidiennement des médecins dans leur travail. En cohérence avec les enjeux, ce sont les services de médecine gériatrique qui seront les premiers amenés à utiliser la plateforme, dans le cadre d’un ambitieux projet de recherche clinique.
« Le CHU de Bordeaux se félicite de ce partenariat pour deux raisons : la première, c’est que le programme de recherche avec cette société permet de mesurer les avancées de l’intelligence artificielle dans la pratique de soins courante et de faire bénéficier les patients des meilleures pratiques. La seconde est que le co-fondateur de la start-up a fait ses études au CHU de Bordeaux et à Stanford », indique Philippe Vigouroux, Directeur général du CHU de Bordeaux. « C’est un évènement très important. Il s’agit d’un des tout premiers accords de ce type en Europe : entre un hôpital de la taille d’un CHU et une start-up spécialisée en intelligence artificielle médicaleLa force de Synapse aujourd’hui, c’est d’avoir su implémenter ces technologies dans un produit concret, directement utile pour les médecins, et donc pour les patients. Les possibilités futures sont immenses » conclut le Dr Clément Goehrs, co-fondateur et CEO de Synapse Medicine.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Au chevet des brûlés

Il y a quinze jours, nous mettions en ligne notre reportage vidéo tourné au centre de traitement des brûlés du CHU de Nantes, l’un des huit en France à prendre en charge les adultes comme les enfants. Dans ce service, une dizaine de métiers et d’expertises se mêlent au quotidien. Nous associons aujourd’hui les mots à l’image pour mieux rendre compte de ce qu’implique le soin de la brûlure, une pathologie répandue (400 000 personnes touchées tous les ans), complexe dans sa prise en charge, violente pour les corps et les esprits. Reportage.

Arrêt cardiaque : être préparé pour sauver demain

Dans les locaux du SAMU 44 (CHU de Nantes), le Centre d’Enseignement aux Soins d’Urgences (CESU) forme les professionnels de santé aux gestes et soins d’urgence. Il y a quelques semaines, nous avons suivi une matinée intense de formation à destination d’étudiants en troisième année de médecine, centrée sur l’arrêt cardiaque. Reportage.

Renaissance des urgences de Jeanne de Flandre

Le CHU de Lille inaugure ce mois-ci ses nouvelles urgences gynécologiques et obstétricales, situées au sein de l’Hôpital Mère-Enfant Jeanne de Flandre. Au-delà de la rénovation du service, c’est l’ensemble de la prise en charge des patientes qui a été rebâtie. Un atout de plus à destination de la femme, du nouveau-né ou de l’enfant.