Le CHU de Bordeaux partenaire de 4 centres hospitaliers de Gironde

Soucieux de proposer aux girondins un parcours de soins gradués alliant qualité et sécurité, le CHU de Bordeaux et les centres hospitaliers de Libourne, Arcachon, Langon-La Réole (Sud-Gironde) et Blaye s'engagent dans une démarche de coopération institutionnelle. Conclus mardi 28 septembre 2010, les accords-cadres de partenariat sont assortis de conventions ciblées portant sur des collaborations médicales et de gestion.

Soucieux de proposer aux girondins un parcours de soins gradués alliant qualité et sécurité, le CHU de Bordeaux et les centres hospitaliers de Libourne, Arcachon, Langon-La Réole (Sud-Gironde) et Blaye s’engagent dans une démarche de coopération institutionnelle. Conclus mardi 28 septembre 2010, les accords-cadres de partenariat sont assortis de conventions ciblées portant sur des collaborations médicales et de gestion.

Cette initiative s’inscrit en référence aux dispositions de la loi « hôpital patients santé territoire » du 21 juillet 2009 visant à privilégier les complémentarités hospitalières.

Objectifs : consolider les filières d’hospitalisation publiques à l’échelle du territoire, optimiser l’organisation du recours à l’expertise du CHU tout en renforçant l’attractivité de l’offre de soins de proximité, favoriser une meilleure accessibilité des prises en charge et des suivis au bénéfice des patients, en tout point du département.

Coopérations médicales partagées entre le CHU de Bordeaux et l’ensemble des CH du territoire
– filière « cancérologie » – Libourne, Arcachon, Sud Gironde
– filière « neurosciences » – Libourne, Arcachon
– filière « cardio-vasculaire et thoracique » – Arcachon, Libourne, Sud Gironde, Blaye
– filière « orthopédie » – Libourne, Arcachon, Blaye
– filières « périnatalité » et « enfants-adolescents » – Arcachon, Libourne, Blaye
– filière « hépato-gastroentérologie » – Blaye, Libourne, Arcachon
– biologie spécialisée – Libourne, Arcachon, Sud Gironde
– recherche clinique – Libourne, Arcachon

Projets de coopération ciblés
CH Libourne
. filière « neurosciences » : appui à la prise en charge neurologique des patients au sein du CH
. filière « cancérologie » : collaborations en matière de recherche clinique et de radiothérapie (dans le cadre de la mise en service du 2ème accélérateur de particules du site)

CH Sud Gironde
. filière « réanimation » : amélioration des interfaces médicales lors de transferts de malades du CH en réanimation au CHU
. biologie spécialisée : organisation de la prise en charge, par le CHU, des examens de biologie spécialisée et d’anatomo-pathologie du CH (transports, échanges informatisés des données?)

CH d’Arcachon
.filière « cancérologie » : soutien à l’activité d’oncologie médicale en appui des prises en charge de malades atteints de cancer réalisées sur le site, collaborations entre le CHU et le CH dans le domaine de la chirurgie endocrinienne
. prise en charge de la douleur : appui à la mise en place d’une activité de consultation de 1er recours
. éthique : participation au comité d’éthique du CHU

CH de Blaye
. filière « orthopédie » : mise en place d’un emploi médical partagé de chirurgien orthopédiste entre le CHU et le CH

La signature des accord-cadres s’est déroulée le 28 septembre 2010 en présence de
. Michel Haeck, directeur du CH d’Arcachon,
. Jean-Luc Juillet, Directeur du CH Saint-Nicolas de Blaye,
. Jean-Paul Lotterie, directeur du CH de Libourne,
. Marie-Noëlle Bouchaud, directrice du CH de Sud-Gironde (Langon-La Réole)
. et Alain Heriaud, Directeur Général CHU de Bordeaux

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.