Le CHU de Brest : une carte maîtresse pour le territoire

Soutien aux bassins de santé fragilisés, pivot de l’offre de soin du territoire, promoteur de recherches, acteur économique majeur, le CHRU de Brest est une valeur sûre pour l’Ouest breton. Pour conforter sa dynamique et poursuivre le travail en réseau avec les autres équipes hospitalières, le CHU va lancer un plan de modernisation de 376 M€ d’investissement sur 15 ans. Approuvé par le Comité de performance et de modernisation (COPERMO investissement), ce plan prévoit des restructurations et des reconstructions d’ampleur.

Soutien aux bassins de santé fragilisés, pivot de l’offre de soin du territoire, promoteur de recherches, acteur économique majeur, le CHRU de Brest est une valeur sûre pour l’Ouest breton. Pour conforter sa dynamique et poursuivre le travail en réseau avec les autres équipes hospitalières, le CHU va lancer un plan de modernisation de 376 M€ d’investissement sur 15 ans. Approuvé par le Comité de performance et de modernisation (COPERMO investissement), ce plan prévoit des restructurations et des reconstructions d’ampleur.

Les programmes immobiliers du CHU de Brest

Parmi les principaux projets : la création d’une pharmacie et d’une stérilisation de territoire (2022), le regroupement d’activités, la suppression de plusieurs doublons d’activité au sein du GHT, la reconstruction de l’hôpital psychiatrique. A la Cavale blanche, les activités de cancérologie seront regroupées au sein d’un Institut de Cancérologie et d’Imagerie. Un Centre de Médecine Ambulatoire* * et un Centre de chirurgie ambulatoire (2020) seront ouverts en façade. L’hôpital Morvan sera désengorgé et recentré sur des activités de centre-ville. Il regroupera le pôle « organes des sens » (ORL, Ophtalmologie, Odontologie), et celui des Femmes-Mères-Enfants ainsi qu’un centre de prévention. Quant aux résidences pour personnes âgées, Kéravel à Carhaix et le centre René Fortin, elles seront reconstruites. Le plan de modernisation du CHRU de Brest sera l’opération d’investissement la plus importante du territoire sur les prochaines années.

Le CHRU en appui à l’offre de soins de l’Ouest breton

La politique territoriale du CHRU a été initiée par la fusion avec le CH de Carhaix en 2009. Défi important et exigeant, cette fusion a permis de préserver l’offre de soins sur le centre Bretagne. Cet engagement a contribué au développement d’une culture territoriale, nouvelle pour le CHU.
Elle s’est poursuivie avec la création de la Communauté hospitalière de territoire du nord Finistère qui intègre outre le CHRU, le CH de Morlaix, le CH de Lanmeur, le CH de Landerneau, le CH de Lesneven, le CH de Saint Renan et le CH de Crozon. Lors de la création du Groupement hospitalier de territoire de Bretagne Occidentale, ces établissements ont été rejoints par l’Hôpital d’Instruction des Armées de Clermont-Tonnerre (HIA). Aujourd’hui, 21 % des médecins du CHRU de Brest exercent actuellement sur plusieurs établissements. Ce chiffre dépasse les 30 % pour les services de médecine et de chirurgie. Le partenariat entre le CHRU, l’Université de Bretagne Occidentale et l’HIA a donné naissance au premier ensemble hospitalier civilo-militaire (EHCM) au niveau national. Cette nouvelle entité fédère des établissements civils et militaires dans le respect de leur complémentarité et des impératifs liés à la Défense nationale.

Focus sur la recherche clinique

La valeur ajoutée de sa recherche est aussi appréciable : les chercheurs du CHRU et de l’Université de Bretagne Occidentale parmi lesquelles on retrouve 3 unités INSERM (génétique, technologies de santé et immunologie) sont à l’origine de 555 publications scientifiques par an en 2016. Cette activité contribue de façon décisive à un environnement propice au développement d’activités tertiaires. Sur le plan économique, elle se chiffre en nombre de startups créées, certaines ont connu une réussite spectaculaire (Imascap, Hémarina…). Au total 400 personnels de recherche exercent au CHRU de Brest et se sont autant d’emplois qui sont générés de façon indirecte et induite.
La recherche clinique a pris une dimension territoriale avec la création du groupement RIMBO (Recherche et Innovation médicale en Bretagne Occidentale) constitué sous forme de groupement coopératif de recherche. S’appuyant sur cette alliance, le Centre d’Investigation Clinique du CHRU de Brest a implanté des antennes avec des personnels dédiés à Quimper, à Morlaix, l’Hôpital d’Instruction des Armées et à Roscoff (fondation ILDYS). Le Groupement reverse aux établissements (qui sont sous le seuil national d’éligibilité aux MERRI) les crédits qui correspondent aux inclusions de patients dans des essais cliniques. Il permet ainsi l’accès en proximité à des essais cliniques tout en doublant le potentiel d’inclusions du CHRU de Brest.

La recherche soutenue par le mécénat

Le fonds de dotation Innovéo soutient la recherche en santé du territoire. Lancé depuis presque 2 ans, il regroupe plus de 1 500 donateurs à ce jour et a recueilli plus d’un demi-million d’euros de dons. Trois projets ont déjà été financés concernant les prématurés, les grossesses à risque et le pied de l’enfant. Trois autres sont en cours de financement : sur la prothèse de hanche, la marche des enfants et la création d’une mucothèque. 
Par son importance et son dynamisme, le CHU de Brest joue un rôle moteur dans le développement de l’Ouest Breton. Les retombées économiques dues à ses activités s’élèvent à 570 M€, 217 M€ en salaires, 130 M€ d’effets indirects, 225 M€ d’effets induits. Quant à ses 7 500 emplois directs ils génèrent 1 100 emplois indirects et 6 650 emplois induits soit le double.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Dossier : L’endométriose

En Janvier 2022, Emmanuel Macron a annoncé la mise en place d’une stratégie nationale de lutte contre l’endométriose, maladie gynécologique mieux connue depuis quelques années et qui touche aujourd’hui une femme sur dix. Notre dossier.

Urgences : “La régulation médicale apparaît comme une solution pertinente pour garantir la qualité de la prise en charge”

Responsable d’une “mission flash” d’un mois pour les urgences – déjà contestée par plusieurs organisations qui craignent un énième rapport sans réelle traduction en actes -, François Braun était présent quelques jours auparavant au Salon Santexpo pour parler du Services d’accès aux soins. Le Chef du pôle Urgences santé mentale au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France voit dans le SAS, déjà déployé sur vingt-deux sites pilotes en France, qu’il une solution de désengorgement efficace des urgences. Explications.