le CHU de Clermont-Ferrand développe la chirurgie mini-invasive

Le service de neurochirurgie du CHU de Clermont-Ferrand bénéficie d’un écarteur elliptique spécifique, d’un montant de 25 800 €, ainsi que de matériel d’ostéosynthèse percutanée nécessaire selon les interventions pour réaliser la chirurgie mini invasive.

Le service de neurochirurgie du CHU de Clermont-Ferrand bénéficie d’un écarteur elliptique spécifique, d’un montant de 25 800 €,  ainsi que de matériel d’ostéosynthèse percutanée nécessaire selon les interventions pour réaliser la chirurgie mini invasive.
L’équipe se forme à cette technique par le biais du Docteur Francis Abed Rabbo neurochirurgien. L’équipement est actuellement en cours d’acquisition et le service bénéficie d’un matériel de prêt jusqu’à la fin du mois de mars 2019. L’avantage principal de cette chirurgie se caractérise par une petite cicatrice (trois à six cm) et permet de conserver les plans anatomique de la colonne vertébrale. Cette technique chirurgicale apporte de nombreux bénéfices aux patients : diminution du risque infectieux, diminution de la perte sanguine, diminution du risque d’instabilité post-chirurgicale, diminution de la douleur et meilleure cicatrisation. En résumé la morbidité chirurgicale globale diminue. C’est pourquoi cette chirurgie peut être proposée un large panel de patients et peut être réalisée en ambulatoire. l

La chirurgie mini-invasive pédiatrique

La chirurgie mini-invasive pédiatrique reste très peu développée en France. Le CHU de Clermont-Ferrand est le deuxième CHU en France à la proposer. Les avantages de la chirurgie mini-invasive sont particulièrement importants dans les trois cas suivants :
1 – Les enfants : ils ont une plus petite masse sanguine et sont donc plus susceptibles à la perte de sang peropératoire. En conservant au mieux les plans anatomiques, la chirurgie mini-invasive permet de diminuer de manière significative les risques d’instabilité post-chirurgicale qui peuvent induire chez l’enfant des troubles de la croissance. Ce projet est développé en collaboration avec le pôle Femme et Enfant du CHU, notamment le docteur Guillaume Coll, neurochirurgien spécialisé en pédiatrie, le professeur Étienne Merlin, chef du Pôle, et avec le docteur Aurélien Coste, neurochirurgien.
2 – Les patients obèses : la technique classique par chirurgie ouverte nécessite un abord large afin de pouvoir exposer la colonne vertébrale de manière suffisante et ainsi travailler. La largeur de l’abord a des conséquences directes sur le risque hémorragique, infectieux et d’instabilité iatrogène. La technique mini-invasive ne nécessite pas d’abord délabrant mais des tubes plus longs. La morbidité chirurgicale s’en trouve donc diminuée.
3- Les patients atteints d’un cancer en cours de traitement : l’avantage est double. Comme la chirurgie mini-invasive est moins morbide que la chirurgie classique, il est possible de la proposer aux patients fragiles atteints de cancer pour leur permettre de conserver plus longtemps une qualité de vie. D’autre part, la cicatrisation plus rapide obtenue par la chirurgie mini-invasive permet une reprise plus rapide de la chimiothérapie et de la radiothérapie. La maladie générale pourrait être mieux contrôlée. Mais le service de neurochirurgie développe également de nouvelles techniques.

La chirurgie tumorale de résection en bloc

Dans certaines indications de cancer, il est possible de proposer une chirurgie de résection tumorale en bloc. Cette technique permet l’excision de la tumeur en marge saine. En cas de réussite chirurgicale, il est donc possible de guérir le malade de son cancer. Cette technique est réalisé dans peu de centres en France. Cette chirurgie est développée en collaboration avec le centre Jean Perrin. À ce titre, le 14 mars dernier,les docteurs Chadeyras et Abed Rabbo ont réalisé la première résection en bloc d’une vertèbre thoracique au CHU pour une tumeur osseuse bénigne, localement agressive.

La chirurgie de la scoliose

Aujourd’hui, le service de neurochirurgie se forme à la prise en charge complète de la scoliose idiopathique de l’enfance jusqu’à l’adulte, non réalisée chez l’adulte jeune pour le moment au CHU. En revanche, la chirurgie de la scoliose dégénérative adultes débute au CHU de Clermont-Ferrand grâce à la nouvelle modalités d’imagerie de télé-radiographie EOS.

Commentaires

Il n’y a pas encore de commentaire pour cet article.

Sur le même sujet

Greffe du foie : une machine pour réanimer les greffons fragiles

Depuis le mois de juillet, ont été réalisées au sein du CHU de Toulouse cinq greffes de foies impliquant des greffons reperfusés et oxygénés. Une avancée importante, rendue possible par l’arrivée d’une machine à perfusion. Si elle est pratiquée dans plusieurs hôpitaux français, cette technique laisse entrevoir, à l’heure où sévit une pénurie d’organes, des progrès majeurs dans le champ de la greffe.

Télémédecine : à la rescousse des marins du monde entier

Elle a beau se trouver à une heure et demie de la Méditerranée, Toulouse est scrutée par les marins du monde entier. La ville rose, plus précisément le centre d’urgence médicale de l’hôpital Purpan, abrite le Centre de consultation médicale maritime français. Chaque jour, ce SAMU des océans vient en aide aux professionnels de la mer aux quatre coins du globe. Immersion dans ce lieu largement méconnu du grand public.

Dépistage du mélanome : ce scanner crée un avatar numérique de la peau 

Il y a quelques semaines, le Vectra 3D prenait ses quartiers dans le tout nouveau centre de dépistage automatisé du mélanome Marseille, situé à l’hôpital de la Conception (AP-HM). Concrètement, il permet à un patient qui aurait de nombreux grains de beauté de voir l’ensemble de sa peau scannée en images haute définition et reconstituée sous la forme d’un avatar numérique. Une avancée importante dans le dépistage du mélanome, véritable problème de santé publique. Reportage.

Quartiers nord de Marseille : un centre de santé unique rattaché à l’AP-HM

Nous avions déjà entendu Michel Rotilly parler du centre de santé des Aygalades, structure multidisciplinaire rattachée à l’AP-HM. C’était au mois de mai à Paris. La fracture territoriale entre les quartiers nord et le reste de la cité phocéenne, illustrée entre autres par un taux élevé de mortalité durant la crise du COVID, avait servi de préambule à la présentation du centre, unique en son genre. Deux mois plus tard, nous le retrouvons sur place pour en comprendre le fonctionnement et les enjeux au quotidien. Entretien.